vendredi 31 janvier 2014

1ÈRE VISIOCONFÉRENCE EN DIRECT SUR LE THÈME : LA POMPE À INSULINE, EST-CE POUR MOI ?

27/01/2014

La Fédération Française des Diabétiques a organisé le 16 janvier dernier une visioconférence sur le thème : la pompe à insuline, est-ce pour moi ? Indications / Contre-indications. Les internautes ont pu, à cette occasion, poser leurs questions en direct au Docteur Riveline (diabétologue, Service de Diabétologie, Endocrinologie, Nutrition de l’Hopital Lariboisière, Paris).
Lucette, diabétique de type 1, sous pompe à insuline depuis 2006, a également participé à cet échange et a fait part de son expérience en tant que patiente. Ces propos venaient illustrer les interventions du spécialiste.

Pour voir ou revoir notre visioconférence :




http://www.afd.asso.fr/actualites/1ere-visioconference-en-direct-sur-le-theme-la-pompe-insuline-est-ce-pour-moi-005563

Epouser un diabétique peut vous rendre malade aussi

Une étude canadienne montre que les femmes qui épousent des hommes diabétiques ont 26% des  risques en plus de développer la maladie.
Cette découverte, publiée dans la revue BMC Medicine, devrait ouvrir la voie à une nouvelle piste de prévention du diabète. Les chercheurs de l'Université Mc Gill, au Canada, se sont en effet rendus compte que les femmes qui épousent des hommes diabétiques ont tendance à développer à leur tour un diabète de type 2. « Selon notre étude, les femmes ont 26% des risques en plus de développer un diabète par rapport à celles qui ont épousé un homme qui n'est pas malade » souligne le Dr Kaberi Dasgupta, qui a dirigé cette étude. « Cette découverte doit également inciter les médecins à faire preuve de pédagogie au sein du couple lorsqu'il soigne une personne diabétique. Les deux partenaires doivent se sentir concernés par les nouvelles habitudes alimentaires qu'il faut prendre » insiste le médecin.
Selon l'équipe de chercheurs canadiens, les mauvaises habitudes alimentaires ou l'absence d'activité physique qui ont poussé un des membres du couple a être diabétique, finissent par être partagés par le conjoint, qui prend alors le risque de développer à son tour un diabète de type 2.
« Lorsqu'un médecin pose des questions à une personne sur sa santé, il a l'habitude  de demander si ses parents sont diabétiques. Mais désormais il faudra aussi prendre l'habitude de demander : Est-ce que votre conjoint est diabétique ? » pour exercer une surveillance accrue.
Habituellement, on a l'habitude de dire que les personnes les plus exposées au risque de diabète de type 2 sont :
    • les personnes en surpoids dont le taux de graisses dans le sang est supérieur à la normale (triglycérides dépassant 2 g/l)
    • les personnes qui ont des antécédents familiaux de diabète
    • les femmes ayant présenté un diabète transitoire au cours de leur grossesse ou ayant eu un gros bébé (plus de 4 kg).
    • les personnes pratiquant peu d'exercice physique, qui ont une alimentation trop grasse ou trop sucrée, et/ou qui fument.

Kinshasa, 28/01/2014 (Le Phare, via mediacongo.net

http://www.mediacongo.net/show.asp?doc=50929

Etre diabétique, ce n'est pas un handicap

Depuis près de 8 ans, l'association Diab'aide 02 Ternois apporte soutien et conseil aux diabétiques. Rencontre avec ses deux créateurs.

Bernard et Patricia Lales soutiennent les personnes qui, comme eux, vivent avec le diabète.

Etre diabétique, Bernard Lales sait ce que c'est. C'est d'ailleurs après avoir découvert qu'il était atteint de cette maladie que son épouse, Patricia, décida de lancer Diab'aide 02 Ternois, en juillet 2006.
Pourquoi avoir créé cette association ?
Patricia Lales : Parce que, quand mon mari a été diagnostiqué diabétique, ça m'est tombé dessus comme une inondation. Je ne pensais pas pouvoir faire quelque chose pour lui. Comment faire des repas équilibrés ? Donc, avec notre pharmacien, on en a parlé. Il m'a rassurée. Il m'a dit : « Il n'y a pas d'association dans le coin, pourquoi ne pas en faire une ? »
On a commencé par la mise en place de containers (pour l'élimination des déchets, ndlr.), pour récupérer les aiguilles, les tranchants, etc. On a commencé à trois. Et puis avec le bouche à oreille, les gens nous arrêtaient dans la rue… Et maintenant, on est une bonne cinquantaine d'adhérents.
Quel est le principe de Diab'aide ?
Bernard Lales : L'écoute, rassurer les gens, essayer de les comprendre… Ils ont besoin d'un renseignement, d'une aide, on est là tout de suite. Médicalement parlant, on n'est pas compétents, mais on conseille, on les oriente.
Quelles sont les contraintes de cette maladie ?
P.L. : Déjà, c'est pas un régime, c'est des repas équilibrés. C'est-à-dire une entrée un plat de résistance (viande, légume vert, un féculent), un fromage, un laitage, un fruit.
Après, mon mari ne peut pas manger de pommes de terre. C'est un exemple.
B.L. : Chacun son diabète. Chacun a son point faible et son point fort.
P.L. : Par contre, on est invités à midi, on va manger comme tout le monde. On vit normalement, c'est pas un handicap.
B.L. : C'est manger des quantités raisonnables. [...] Tout dépend des activités. Il faut au moins une année à deux ans pour apprendre à connaître son corps. Il faut l'accepter déjà, beaucoup font un déni. Et comme c'est une maladie sourde, ça ne se voit pas.
Vous dites que c'est une maladie sourde. Quels sont les symptômes alors ?
B.L. : Les symptômes, on les apprend. C'est la transpiration, c'est la colère, les changements d'humeur, la personne qui commence à trembler… C'est des symptômes qu'on apprend au Pôle de prévention des maladies (à Saint-Quentin, ndlr.). [...] Comment reconnaître un diabétique ? C'est une personne qui va beaucoup boire. Et, sur un mois de temps, elle va maigrir. Et beaucoup dormir...
Les causes du diabète sont-elles connues ? Existe-t-il une personne « type » ?
P.L. : Non, ça peut être dû à un choc émotionnel.
B.L. : Vous êtes sportif, vous pouvez faire du diabète aussi… Il y a la chaîne de distribution qui entre en compte : la malbouffe, tous les conservateurs… Il y a une bonne partie d'hérédité quand même. Et les ordinateurs, la télé, le manque d'activité…
Quelles sont les actions de l'association ?
Nous avons des permanences tous les deuxièmes vendredis de chaque mois. On ne parle pas forcément de diabète, c'est pas une obligation… C'est être à l'écoute. L'association aide beaucoup à sortir de la solitude.
On organise aussi des ateliers cuisine une fois par mois à peu près, au centre de vie. [...] On fait des concours de belote, de pétanque, des marches… Et on fait deux sorties dans l'année. Et sinon, c'est au niveau social : les gens ont notre numéro de portable.
Vous avez d'autres projets ?
On essaie de se rapprocher des écoles, pour y faire des interventions. Parce qu'il y a de plus en plus d'enfants qui sont atteints de diabète.
Ce mal-être, il faut passer au-dessus. Il y a des règles à suivre, mais on vit très bien avec !
Propos recueillis par Mariam FOURNIER
Naissance : L'association Diab'aide 02 Ternois est née en juillet 2006.
Permanence : l'association accueille le deuxième vendredi de chaque mois, de 14 heures à 16 heures, en mairie de Vouël. « Le but de la permanence c'est l'échange, la convivialité, le soutien moral et les conseils d'une infirmière présente. » Prochain rendez-vous donc : le 14 mars.
Contact : Patricia et Bernard Lales sont joignables au 03-23-57-66-35. E-mail :diabaide02ternois@sfr.f
http://www.aisnenouvelle.fr/region/etre-diabetique-ce-n-est-pas-un-handicap-jna16b110n15185

Obésité, diabète... moins dormir bouleverse l'expression des gènes


Dormir trop peu a des conséquences physiologiques importantes et variées. Notamment sur le risque d'obésité ou de diabète de type 2.


Un sommeil de moins de six heures entraîne de mauvais résultats aux tests comportementaux et l'expression de 711 gènes en est bouleversée Frédéric Cirou / AltoPress / PhotoAlto / AFP
Un sommeil de moins de six heures entraîne de mauvais résultats aux tests comportementaux et l'expression de 711 gènes en est bouleversée Frédéric Cirou / AltoPress / PhotoAlto / AFP
Les sujets dormant moins de cinq heures par nuit ont un risque d'obésité et de diabète de type 2 deux fois et demi plus élevé que ceux dormant plus de sept heures. Ils ont aussi un risque d'hypertension augmenté.

Un sommeil de moins de 6 heures modifie l'expression de 711 gènes...

Une équipe menée par Derk-Jan Dijk, de l'université de Surrey (Royaume-Uni) a ainsi démontré pour la première fois (Pnas, 213) que la restriction de sommeil modifie jusqu'à l'expression des gènes. 26 participants de 23 à 31 ans dormant en moyenne 8,2 heures par nuit ont été recrutés. Pendant deux sessions d'une semaine, ils ont pu faire soit de longues nuits, soit de courtes nuits (moins de six heures). A l'issue de celles-ci, ils ont subi une prise de sang et passé des tests.
ANALYSE. Leur transcriptome, c'est-à-dire l'ensemble des ARN messagers des cellules en circulation dans le sang, reflétant une bonne part de l'expression du génome, a été analysé. Et les résultats ne laissent pas place au doute. Un sommeil de moins de six heures entraîne de mauvais résultats aux tests comportementaux (vigilance, temps de réaction, performances cognitives) et l'expression de 711 gènes en est bouleversée.

... qui régulent diverses fonctions

Ces gènes régulent pour certains le métabolisme (ce qui pourrait favoriser le diabète de type 2 et l'obésité). D'autres régulent les réponses inflammatoires (impact possible sur la santé cardiovasculaire). D'autres encore contrôlent le stress, le vieillissement et l'horloge circadienne. Reste à démontrer si l'individu, en rattrapant ce manque de sommeil, peut, ou non, remettre les choses en ordre sur le long-terme...


http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20140130.OBS4422/obesite-diabete-moins-dormir-bouleverse-l-expression-des-genes.html?xtor=RSS-26


Une lentille intelligente pour protéger contre le diabète

Les lentilles intelligentes devraient, à terme, remplacer les prises de sang chez les malades du diabète




Le géant de l’Internet, Google, a mis au point une lentille intelligente qui mesure le taux de glucose à intervalles réguliers, dans les larmes. Elle permettra, à terme, de mieux lutter contre le diabète. 


Selon la Fédération Internationale du Diabète, on recensait en 2012 environ 371 millions de personnes atteintes de diabète. Environ 5,1 millions en sont décédées en 2013. La maladie, si elle n’est pas contrôlée, endommage les yeux, les reins ou le cœur. D’où la nécessité pour les diabétiques de surveiller constamment leur niveau de glucose.

A cette fin, des ingénieurs de Google ont mis point une lentille de contact équipée d'une puce et d'un capteur. Ce dernier est en mesure d'analyser la composition du liquide lacrymal à raison d'une prise par seconde. Ces données sont ensuite transmises sans fil via une antenne.

Une fois le système mis au point, Google compte s'associer à des partenaires spécialisés qui seront en mesure de le perfectionner pour qu’un jour, médecins et patients puissent surveiller le taux de glucose du sang 24h sur 24, en toute tranquillité.

http://www.lavoixdelamerique.com/content/une-lentille-intelligente-pour-proteger-contre-le-diabete/1841099.html


samedi 11 janvier 2014

Contre le diabète et l'obésité, buvez du thé vert

Nous consommons seulement 230 g de thé par an et par personne, ce qui nous positionne, mondialement, à la trentième place. Pour lutter contre l'obésité et le diabète, on devrait s'y mettre davantage.
Six personnes sur dix boivent du thé en France, surtout les plus de soixante-cinq ans. Il s'agit principalement de thé noir bu au petit déjeuner.
Pourtant, les bienfaits santé viennent plutôt du thé vert, c'est ce que montre une étude allemande de l'Université Schleswig-Holstein.

Du thé vert contre la graisse abdominale

Le thé vert est un thé peu oxydé, ce qui lui garde toutes ses propriétés. Ainsi, une tasse de 250 ml de thé vert, confectionnée avec 2,5 g de feuilles, apporte entre un tiers et la moitié de polyphénols, dont 50 à 80 % d'épigallocatéchine-3-gallate.
Or, cette dernière a la capacité d'inhiber une enzyme qui produit le cortisol, une hormone qui, lorsqu'elle est élevée, augmente la graisse abdominale. Le thé vert limite ainsi la production excessive de glucose dans le foie et l'accumulation de lipides dans les tissus adipeux.
Alors, contre le diabète et l'obésité, buvez du thé vert tous les jours, en plus, bien sûr, d'avoir une alimentation variée et équilibrée, et en faisant régulièrement de l'exercice physique.


mercredi 8 janvier 2014

Message du Président de la FID

Message du Président de la FID, Sir Michael Hirst et de son Conseil d'administration


International Diabetes Federation

Chers amis,

Un congrès révolutionnaire en Australie, la création d’un groupe parlementaire mondial qui s’emploie à lutter contre le diabète et le lancement d’un projet de responsabilisation des patients : voilà quelques-uns des événements marquants auxquels vous avez participé en 2013.
Mais comment concrétiser en 2014 les avancées de 2013 ? Comment consolider notre communauté mondiale du diabète au cours de l’année à venir et élever davantage le degré de sensibilisation dans un contexte d’agitation économique et politique ?
Une chose est certaine : le diabète est sans merci et les taux de prévalence vont continuer à augmenter, à moins d’unir les forces de toutes nos régions à travers le monde et de faire entendre nos voix.
Alors que nous approchons de l’échéance fixée à 2015 dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), la FID va renforcer son travail de sensibilisation quant à l’importance de faire figurer le diabète à l’agenda mondial de la santé et du développement.
Les résultats atteints au cours des deux dernières années depuis la réunion de haut niveau des Nations Unies sur les maladies non transmissibles (MNT) et la Déclaration politique qui en a résulté reflètent l’engagement et l’action inégalés de la communauté de la FID à lutter contre le diabète. Une revue et une évaluation des progrès accomplis depuis la signature de la Déclaration auront lieu en 2014. Cette revue sera une occasion importante de faire le bilan des avancées, mais aussi de partager les réussites, les leçons à retenir, les opportunités et les recommandations pour orienter la lutte contre le diabète au-delà de 2014. Il s’agira pour nous d’une chance inestimable d’envisager l’avenir du diabète et des autres MNT.
Bien que la forme que prendra cette revue ne soit pas encore connue, la FID tient à ce qu’elle soit de haut niveau pour assurer la participation essentielle des chefs d’État et de gouvernement. Je crois aussi que la société civile doit être présente autour de la table afin d’avoir une vision globale lors de la préparation de la revue et pendant les débats en soi.
Pour contribuer à ce processus, nous allons nous appuyer sur le réseau récemment constitué de Parliamentary Champions For Diabetes Forum (Forum des champions parlementaires contre le diabète) afin de mobiliser le soutien et la dynamique politique de leur pays. Nous comptons également sur la compétence de nos Young Leaders in Diabetes (Jeunes leaders du diabète) pour générer le soutien populaire des personnes atteintes de diabète et des professionnels de la santé. Et, bien entendu, la FID ne serait rien sans ses 200 associations membres et ses milliers de bénévoles, pierre angulaire de la cause que nous défendons et de nos efforts de sensibilisation. Je vous encourage à poursuivre la lutte, à faire entendre vos voix et à faire pression sur votre gouvernement en faveur d’une plus grande sensibilisation au diabète.
L’année 2014 ne sera pas sans embûches, mais elle nous donnera de nouvelles occasions de travailler ensemble et de voir peut-être le diabète figurer en bonne place dans les agendas politiques du monde entier.
Je me réjouis de travailler aux côtés de chacun d’entre vous et je vous remercie pour les efforts inlassables que vous avez déployés jusqu’à présent.
Je vous adresse mes meilleurs vœux pour une année 2014 placée sous le signe de la santé et de la productivité.
Sir Michael Hirst, FID, Président, et le Conseil d'administration de la FID

mercredi 1 janvier 2014

Chaque  année qui commence est une promesse et une espérance...

Que ce qui fut bien soit encore mieux et que ce qui fut triste

soit vite oublié...


SOSDIABETIQUEDJIBOUTI et son equipe vous souhaite  le bonheur et la 

santé et que cette année nouvelle exauce tous tes voeux!







BONNE ANNÉE 2014. PRENEZ 

SOIN DE VOTRE SANTÉ !