vendredi 14 novembre 2014

Journee mondiale du diabete

La Journée mondiale du diabète a lieu chaque année le 14 novembre. Elle a vu le jour en 1991 à l'initiative de la Fédération Internationale du Diabète (FID) et de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Le 20 décembre 2006, l'Assemblée générale de l'ONU a adopté la résolution 61/225, consacrant la Journée mondiale du diabète journée officielle à compter de 2007.
La Journée mondiale du diabète réunit la communauté mondiale du diabète dans le but de soutenir d'une voix forte la cause du diabète et d'y sensibiliser le public, en encourageant des citoyens et des groupes à mettre l'épidémie du diabète sous le feu des projecteurs.
Le thème Une vie saine et le diabète a été retenu pour la Journée mondiale du diabète pour la période 2014-2016. Les activités et supports pour 2014 mettent l'accent sur l'importance de commencer la journée par un petit-déjeuner sain afin de prévenir le développement du diabète de type 2 et de gérer efficacement tous les types de diabète de façon à éviter les complications. Une attention particulière sera accordée à l'importance de commencer la journée par un petit-déjeuner sain.
Accédez au Guide de la Journée mondiale du diabète 2014 www.idf.org/sites/default/files/wdd-guidebook-2014-fr.pdf

Message clé n° 1

"Investir" dans des petits-déjeuners sains permettra de réduire le fardeau mondial du diabète et d'économiser des milliards grâce à une amélioration de la productivité et à une diminution des coûts de soins de santé.
Messages à l'appui :
o Le fardeau humain et économique du diabète est énorme : le diabète affecte près de 400 millions de personnes, provoque chaque année plus de 5 millions de décès et engloutit près de 550 milliards USD en dépenses de santé.
o La majorité des frais liés au diabète sont consacrés au traitement des complications, qui peuvent toucher le coeur, les yeux, les reins et les pieds. Il est néanmoins possible d'éviter ces complications grâce à un diagnostic précoce et à une gestion adéquate du diabète.
o Un diagnostic tardif fait que de nombreuses personnes ont déjà développé au moins une complication au moment du diagnostic du diabète.
o Plus de 70 % des cas de diabète de type 2 peuvent être évités ou retardés par l'adoption de styles de vie plus sains, soit 150 millions de cas d'ici 2035.
o Prendre un petit-déjeuner sain diminue le risque de développer le diabète de type 21.
o Une alimentation saine composée de légumes à feuilles, de fruits frais, de céréales, de viande maigre et d'oléagineux peut contribuer à réduire le risque de diabète de type 2 d'une personne et à éviter des complications chez celles déjà atteintes.
o Le saut du petit-déjeuner est associé à un gain de poids1, l'un des principaux facteurs de risque de diabète de type 2. Le surpoids et l'obésité sont responsables de jusqu'à 80 % des nouveaux cas de diabète de type 2.
o La réduction de la prévalence du diabète de type 2 se traduira par une participation et une productivité accrues de la main-d'oeuvre, dans la mesure où la majorité des personnes atteintes de diabète ont entre 40 et 59 ans.
o Rien qu'au Royaume-Uni, le diabète a entraîné une baisse de productivité estimée à 9 milliards d'euros2.
o Le diabète engloutit 10-15 % du budget total des soins de santé dans les pays à revenu élevé. Un dollar US sur 9 alloués aux soins de santé va au diabète.
o Jusqu'à 11 % des dépenses de santé totales pourraient être économisés dans chaque pays en s'attaquant aux facteurs de risque évitables du diabète de type 2.

Message clé n° 2

Garantir l'accès à un petit-déjeuner à prix abordable et sain est essentiel pour réduire le fardeau mondial du diabète.

Messages à l'appui:
o Prendre un petit-déjeuner sain diminue le risque de développer le diabète de type 21.
o La disponibilité à grande échelle d'éléments caloriques pauvres en éléments nutritifs et bon marché contribue à l'épidémie mondiale de diabète de type 2.
o Les aliments qui réduisent le risque de diabète de type 2 (légumes, fruits frais, céréales et graisses insaturées, par exemple) doivent être rendus plus abordables et plus accessibles.
o Une alimentation saine coûte en moyenne 1,50 USD de plus par jour qu'une alimentation non saine, ce qui augmente le budget alimentaire d'une personne d'environ 550 USD par an3.
o Une alimentation saine composée de légumes à feuilles, de fruits frais, de céréales, de viande maigre et d'oléagineux peut contribuer à réduire le risque de diabète de type 2 d'une personne et à éviter des complications chez celles déjà atteintes.
o Le diabète constitue un lourd fardeau, qui ne fait qu'augmenter : 382 millions de personnes étaient atteintes de diabète en 2013 et ce nombre devrait exploser à près de 600 millions d'ici 2035.
o Les dépenses de santé mondiales pour traiter le diabète et gérer les complications se sont élevées à près de 550 milliards USD en 2013.
o Jusqu'à 11 % des dépenses de santé totales pourraient être économisés dans chaque pays en s'attaquant aux facteurs de risque évitables du diabète de type 2.
o Plus de 70 % des cas de diabète de type 2 peuvent être évités ou retardés par l'adoption de styles de vie plus sains, soit 150 millions de cas d'ici 2035.

ATLAS DU DIABÈTE

La mise à jour 2014 de l'Atlas du diabète avec les nouvelles estimations du diabète sera disponible en ligne le 14 novembre 2014 à 0 h 01 HEC.
Pour recevoir les nouvelles estimations plus tôt, veuillez envoyer un e-mail à l'adresse media@idf.org.

Pour accéder à la 6e édition de l'Atlas du diabète de la FID, parue en 2013, rendez-vous sur le site http://www.idf.org/diabetesatlas. 

Journee mondiale du diabete

Journee mondiale du diabete

 Journée mondiale du diabète 2014
La Journée mondiale du diabète (JMD) est célébrée chaque année le 14 novembre. Menée par la Fédération internationale du diabète (FID), la Journée mondiale du diabète a vu le jour en 1991 à l'initiative de la FID et de l'Organisation mondiale de la santé en réponse aux préoccupations de
plus en plus vives suscitées par la menace sanitaire croissante posée par le diabète


« Une vie saine et le diabète » est le thème de la Journée mondiale du diabète pour la période 2014-2016. Les activités et supports pour 2014 mettent l'accent sur l'importance de commencer la journée par un petit-déjeuner sain afin de prévenir le développement du diabète de type 2 et de gérer efficacement tous les types de diabète de façon à éviter les complications




http://www.idf.org/wdd-off-to-the-right-start?language=fr




jeudi 6 novembre 2014

Diabète. La prévention contre « une maladie sournoise

6 novembre 2014

Dans le cadre de la journée mondiale du diabète Diab'Armor, l'association des diabétiques des Côtes d'Armor (AFD22) et le club Coeur et santé de Loudéac organiseront, samedi matin à la salle Malivel, une action d'information et de sensibilisation.
Gilles Lucas, président de Diab'Armor, Jean-Claude Blouin et Jo Gautier ²de...
Gilles Lucas, président de Diab'Armor, Jean-Claude Blouin et Jo Gautier ²de l'antenne Loudéac-Pontivy, les organisateurs de la matinée « Prévenir le diabète et ses complications » (de droite gauche).

« Avec près de 4 millions de personnes diabétiques en France, cette maladie doit être regardée comme une véritable épidémie », estime Gilles Lucas, le président de Diab'Armor. « Si elle n'est pas enrayée, d'ici dix ans, un Français sur dix sera touché.
 Or, cette épidémie est, en partie, silencieuse car le développement du diabète de type 2 peut passer inaperçu pendant de longues années. Le nombre de diabétiques qui s'ignorent s'élèverait à 700.000 ». « Cette maladie chronique engendre des complications qui peuvent être multiples et handicapantes dans la vie des diabétiques. Mal traitée ou diagnostiquée tardivement, elle peut s'avérer dramatique. Le diabète cause 30.000 décès chaque année », affirme Gilles Lucas. « Au coût humain et social de la maladie s'ajoute le coût économique notamment pour l'Assurance-maladie ».

Tests, conseils et ateliers Face à cet enjeu de santé publique, les associations se mobilisent pour une prévention efficace en informant la population des facteurs de risque et en apportant des conseils sur une alimentation équilibrée et un exercice physique adapté. Diab'Armor invite chacun au dépistage pour une prise en charge précoce afin d'éviter ou retarder les traitements lourds. « La matinée de samedi s'adresse aux diabétiques mais également à ceux qui s'ignorent ».

Tout au long de la matinée, chacun pourra contrôler gratuitement sa glycémie. De la documentation sera mise à disposition et notamment des conseils sur le bon usage des médicaments. Une diététicienne animera aussi un atelier pour permettre aux participants d'évaluer et de corriger si besoin leur comportement alimentaire. Une animation d'éducation physique adaptée proposera aux visiteurs de mettre en pratique une activité accessible à tous au quotidien.

Une conférence sera animée, à 10 h 15, par le Dr Mohammed Jebli, diabétologue, endocrinologue au Centre hospitalier du Centre-Bretagne.

Pratique « Prévenir le diabète et ses complications », samedi de 9 h 30 à 12 h, salle Malivel.


Contact. Diab'Armor,
tél. 06.85.06.24.12

Pratique « Prévenir le diabète et ses complications », samedi de 9 h 30 à 12 h, salle Malivel. Contact. Diab'Armor, tél. Skype : 06.85.06.24.12


http://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/loudeac/diabete-la-prevention-contre-une-maladie-sournoise-06-11-2014-10414019.php








Diabète : la grande offensive


Carcassonne (11) - Santé


La présentation de cet ambitieux programme en présence de plusieurs partenaires./ Photo DDM, Jean-Luc Bibal
La présentation de cet ambitieux programme en présence de plusieurs partenaires./ Photo DDM, Jean-Luc Bibal
Plus de 25 partenaires agissant dans les domaines de la santé se mobilisent dans toutes le villes du département pour dépister et informer sur le diabète.
Cette affection nous menace tous même si le risque est accru en fonction de l'hérédité ou de l'âge. Le diabète est un déséquilibre de sucre dans le sang qui entraîne des maladies graves notamment au niveau neuropathique et peut provoquer la cécité totale ou partielle. Et les chiffres sont éloquents. Dans l'Aude, 13 641 personnes souffrent du diabète en affection longue durée dont 2 288 du diabète de type 1, qui touche principalement des patients jeunes et pas forcément négligents en matière d'hygiène de vie, et 11 353 de diabète de type 2, plus souvent associé à une mauvaise alimentation, le surpoids et l'absence d'activité physique.
Cette année, le collectif diabète Aude, qui regroupe plus de 25 partenaires, institutionnels ou associations s'intéressant à la lutte contre cette affection, fête ses dix ans d'existence. Si son bilan est particulièrement éloquent, ses responsables souhaitent, à l'occasion de cet anniversaire, frapper un grand coup en matière d'information et de prévention. A partir du 12 novembre prochain, pas moins de 11 rendez-vous avec des spécialistes de la question, seront proposés dans les villes du département. À Carcassonne par exemple, deux grandes rencontres sont programmées, le 13 novembre, de 9 heures à 16 heures, dans le hall de l'hôpital, ou le 15 novembre sur le marché de la place Carnot et celui du boulevard Barbès, les Audois pourront se faire dépister, mais aussi prendre conseil auprès de médecins, de diététiciens, ou de membres de l'association des diabétiques de l'Aude, certains sont formés pour ça, qui leur prodigueront informations et conseils. Une présence similaire sera mise en place le 12 novembre à Quillan, les 14 et 21 novembre à Limoux, les 17, 21 et 22 novembre à Castelnaudary, le 19 novembre à Lézignan et enfin les 22 et 27 novembre à Narbonne. Le collectif diabète rappelle qu'une personne sur deux en souffre mais ne le sait pas et invite tous les Audois à se faire dépister.
La Dépêche du Midi

http://www.ladepeche.fr/article/2014/11/06/1985732-diabete-la-grande-offensive.html

Une expo itinérante qui informe sur le diabète

MARCHE-EN-FAMENNE   
  • Mise à jour : jeudi 06 novembre 2014 05h00



À l’occasion de la Journée du diabète, une exposition s’est tenue à Marche. On a pu y faire contrôler son taux de glycémie.

Il est important pour tous de faire surveiller régulièrement son taux de glycémie.
Il est important pour tous de faire surveiller régulièrement son taux de glycémie.
À l’occasion de la Journée du diabète, la maison du diabète organise une exposition itinérante qui s’adresse à toutes les personnes atteintes de cette maladie, mais aussi à celles qui veulent se prémunir contre cette maladie trop souvent ignorée du grand public et pourtant cause de nombreux désagréments.
Intitulée «Le diabète d’hier à aujourd’hui», l’exposition est composée de différents panneaux didactiques qui reprennent l’histoire du diabète, des traitements qui y sont liés, notamment l’insuline, ainsi que de la recherche scientifique pour mieux maîtriser la maladie.
Le visiteur peut également se rendre compte des progrès effectués tant au niveau de l’évolution du matériel que de la prise en charge des malades.
Parallèlement à cette exposition qui s’est déroulée ces lundi et mardi à la maison médicale de Marche, les visiteurs ont eu l’occasion de faire vérifier gratuitement leur taux de glycémie et de participer à un atelier diététique qui consistait à choisir le meilleur petit déjeuner du point de vue diététique.
Ils ont ainsi été sensibilisés au fait qu’un taux de glycémie trop élevé, c’est-à-dire supérieur à 126 mg/dl pour une personne à jeun, doit être surveillé et qu’il faut impérativement consulter son médecin pour un suivi.
À l’issue de cette visite importante pour la santé de chacun, le visiteur a reçu un petit colis de nourriture équilibrée.
Prochaines étapes de cette exposition à Athus les 10 et 13 novembre et à Bastogneles 18 et 20 novembre
084 41 10 00

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=dmf20141105_00554305

Soirée italienne pour lutter contre le diabète des enfants

Publié le 06/11/2014 à 08:50

Spectacles - Solidarité

Le 08/11/2014

La fresque chorale du Gruppo Incanto./Photo DR
La fresque chorale du Gruppo Incanto./Photo DR
Dans le cadre de la Journée mondiale du diabète, Enfance adolescence diabète Midi-Pyrénées organise une soirée exceptionnelle samedi 8 novembre à l'auditorium Saint-Pierre des Cuisines deToulouse à 20h30.
Le Gruppo Incanto proposera à cette occasion son spectacle «Italiens, quand les immigrés c'était nous», une grande fresque chorale dans laquelle chants et vidéos rappellent 150 ans de l'histoire de l'immigration italienne dans le monde.
Cette soirée a pour but de rappeler que le diabète de l'enfant est différent. Également appelée diabète de type 1, cette maladie a pour origine un arrêt de la production d'insuline par le pancréas. Il est systématiquement traité par des injections quotidiennes d'insuline qui devront être réalisées tout au long de la vie. Plus de 25 000 enfants sont concernés en France. La gravité des risques de ses complications est ignorée ou négligée, et un diagnostic trop tardif peut être mortel !
Tous renseignements au 05 67 77 13 39. Tarif : 20 €.
La Dépêche du Mid

http://www.ladepeche.fr/article/2014/11/06/1986219-soiree-italienne-pour-lutter-contre-le-diabete-des-enfants.html

L’Aurar se mobilise pour la Journée Mondiale du Diabète

Publié le 6 novembre 2014  16h19
Comme chaque année, la Journée Mondiale du Diabète sera célébrée le 14 novembre. Engagée dans la prévention primaire du diabète, l’Aurar s’implique pour relayer cette mobilisation internationale et organise une Chaîne de l’Espoir.

Les patients de l’Aurar et leurs proches, mais aussi les salariés et leurs partenaires participeront à ce grand rassemblement sur le site du Port qui regroupe le centre de dialyse et la Clinique Oméga. Les 300 personnes attendues formeront une chaîne humaine. Tous les participants seront habillés en bleu pour suivre le " dress code " de l’événement, illustrant ainsi l’anneau bleu, symbole mondial du diabète.
Un drone capturera l’instant avec une prise de vue aérienne et chaque participant pourra également poster son " selfie " avec un anneau bleu, sur les réseaux sociaux de l’Aurar. Un stand de dépistage et des animations seront également proposés sur le site à l’ensemble des présents, pour les sensibiliser à l’importance de la prévention en matière de diabète.
Tous les ateliers auront pour fil conducteur la nutrition et l’importance de démarrer la journée avec un petit-déjeuner sain, thème international de cette Journée Mondiale du Diabète 2014.
382 millions de personnes sont atteintes de diabète dans le monde. Ce chiffre en constante progression pourrait atteindre 560 millions en 2030. Pour sensibiliser les populations à cette maladie silencieuse, cette journée mondiale a été créée par la Fédération Internationale du Diabète (FID) et l’OMS et rassemble, chaque année, des millions de personnes.
A La Réunion, le pourcentage de personnes diabétiques traitées est de 8,8%. Soit le double des chiffres observés en métropole (4,4%), ce qui place l’Île en tête des régions de France. Près de 3 900 Réunionnais sont nouvellement admis en Affection de Longue Durée pour diabète (moyenne annuelle sur la période 2009-2011). La Réunion, comme les autres DOM, et à l’inverse de la métropole, est caractérisée par un sur-risque féminin et par une survenue plus précoce de la maladie*.
La prévention est donc un axe majeur pour endiguer la maladie, car à tous les stades du diabète, il est possible d’agir : pour retarder son apparition et quand le diabète est là, pour l’équilibrer afin d’améliorer la qualité de vie du patient et éviter les complications. Ainsi, l’Aurar s’implique au quotidien dans la prévention en réalisant des dépistages réguliers depuis 2009.
Au programme
11h00 : chaîne de l’espoir. Dress Code "Bleu"
11h15 : ateliers et animations. Stand de dépistage du diabète, ateliers diététiques, démonstrations culinaires avec des ateliers autour de la thématique du petit-déjeuner, ateliers d’activités physiques et sportives.
En présence des équipes de l’Aurar, du parrain de l’événement, Joël Manglou et des élèves de 3ème du Collège Le Toullec (Le Port).
Tout au long de l’événement : prises de "Selfies" à poster sur les réseaux sociaux de l’Aurar.

http://www.clicanoo.re/447428-l-aurar-se-mobilise-pour-la-journee-mondiale-du-diabete.html

Les principaux symptômes du diabète chez l'enfant

06/11/2014 10h40




Photo Fotolia

Quels sont, selon vous, les 4 principaux symptômes du diabète?

Le diabète de type 1 et de type 2 est en croissance fulgurante chez les enfants et les adolescents. Plus tôt cette année, Medical News Todayindiquait une hausse du diabète de type 1 de 21 % chez les 9 ans et moins (de 2001 à 2009). Dans le même intervalle, les cas du type 2 chez les 10-19 ans ont augmenté de 30,5 %, un taux effarant.

Les chercheurs sont alarmés puisqu'une augmentation aussi importante signifie que ces enfants, à l'âge de la procréation, engendreront une seconde génération où le diabète sera encore plus présent.

Les symptômes du diabète de type 1 se développent très rapidement, soit à l'intérieur de quelques semaines. Cependant, celui de type 2 est plus long à détecter.

Des données en provenance du Royaume-Uni statuent que seuls 14 % des parents sont en mesure d'identifier les symptômes en lien avec le diabète.
Pour le leur rappeler, il y a depuis 2012 une campagne publicitaire sur les « 4 T ». En anglais, il s'agit de Toilet, Thristy, Tired et Thinner (uriner souvent, toujours avoir soif, être de plus en plus fatigué et perdre du poids).


http://fr.canoe.ca/sante/archives/2014/11/20141106-104004.html

Diabète : Samedi, on se mobilise contre le diabète à Loudéac

Jeudi 06 novembre 2014 16:31

A l'occasion de la Journée mondiale du diabète, l'Association Française du Diabète (AFD) 22 et le club cœur organisent une matinée d'informations samedi 8 novembre.

photo 1- jo gautier, jean-claude blouin et gilles lucas de l'association des diabétiques des côtes-d'armor. © ouest-france
1- Jo Gautier, Jean-Claude Blouin et Gilles Lucas de l'association des diabétiques des Côtes-d'Armor.© Ouest-France
À l'occasion de la Journée mondiale du diabète, une matinée d'informations est organisée samedi 8 novembre.
Au programme, de 9 h 30 à 12 h, une action ludique et pédagogique. Des stands d'informations avec documentation et conseils sur le bon usage des médicaments. Un atelier pratique qui permettra au public d'évaluer et de corriger au besoin leurs comportements alimentaires avec l'aide d'une diététicienne.
Des contrôles gratuits de glycémie tout au long de la matinée. Un atelier d'éducation physique adaptée. Enfin, de 10 h 15 à 11 h 15, le Dr Mohammed Jebli, diabétologue endocrinologue au centre hospitalier du Centre Bretagne, proposera une conférence sur le sujet « La prévention n'est-elle pas la meilleure innovation du siècle ? ».
Ce samedi, de 9 h 30 à 12 heures, salle Malivel. Gratuit.
Ouest-France  
http://www.lannion-perros.maville.com/actu/actudet_-diabete-samedi-on-se-mobilise-contre-le-diabete-a-loudeac_dep-2653519_actu.Htm

vendredi 31 octobre 2014

Mabox Diabète : des sacs de transpprt ingénieux et efficaces pour l'insuline et le matériel de soins des diabétiques

Publié le 24 octobre 2014

Pochettes isothermes innovantes pour simplifier et sécuriser les déplacements quotidiens des personnes diabétiques


Mabox Diabète : des sacs de transpprt ingénieux et efficaces pour l'insuline et le matériel de soins des diabétiques
Innovation pratique dans le monde du diabète. La société Optimiz a créé Mabox Diabète une gamme de mallettes et de pochettes isothermes permettant de conserver dans des conditions idéales de froid, l'insuline et de transporter en toute discrétion le matériel indispensable aux soins quotidiens des personnes diabétiques.
Le 14 Novembre prochain sera la journée mondiale du diabète. En France plus de 800 000 personnes sont insulino-dépendantes parmi les 3,5 millions de diabétiques, en Europe, la maladie touche plus de 50 millions de personnes (source chiffre IDF 2011).


Mabox Diabète innovation brevetée destinée à mieux vivre le diabète au quotidien et organiser son matériel

Les nouvelles technologies et avancées dans le domaine de la recherche contre le diabète sont souvent mises en avant, pour autant, le quotidien du diabétique reste rythmé par des contraintes importantes. Multiples Contrôles de la glycémie, injections d'insuline,gestion des déchets, auto-surveillance, hypoglycémie, hyperglycémie... un matériel encombrant, sensible et indispensable.

Mabox Diabète, est la première solution de rangement innovante et rationnelle destinée à tous les diabétiques. Une organisation claire et efficace pour optimiser les soins et réduire le stress des injections. Une innovation dédiée à tous ceux qui besoin de se déplacer au quotidien sur leur lieu de travail, à l'école, en promenade, en voyage etc ...et de s'injecter de l'insuline.

Pratique et esthétique, cette pochette permet de ranger et de transporter l'ensemble de son matériel et traitement pour une période allant de 1 à 30 jours.


Fonctionnelle, elle assure le rangement du matériel spécifique aux pompes et aux stylos à insuline, des compartiments exclusifs amovibles pour ranger les aiguilles neuves et usagées. Par ailleurs, en cas de besoin, elle dispose d'une performance isotherme inédite et permet de maintenir au frais l'insuline jusqu'à 12 heures.


Une innovation discrète et performante qui simplifie les déplacements des personnes diabétiques et contribue à leur faire retrouver une certaine liberté.
La gamme de pochette de transport débute à partir de 49.95€

http://www.capcampus.com/sante-125/mabox-diabete-des-sacs-de-transpprt-ingenieux-et-efficaces-pour-l-insuline-et-le-materiel-de-soins-des-diabetiques-a32410.htm

Le sport, bon à tout âge




« L’important n’est pas tant de vivre longtemps…que de vivre longtemps en bonne santé », résume-t-elle. « Or chez les plus de 60 ans, la pratique sportive permet de renforcer les muscles – notamment ceux des membres inférieurs – d’améliorer la coordination et de développer l’équilibre : c’est très important pour la prévention des chutes. » Mais pas seulement. Chef du service de médecine du sport au CHU de Clermont-Ferrand, Martine Duclos est également endocrinologue et physiologiste. C’est-à-dire qu’outre les pathologies du sportif, elle connaît également très bien les maladies métaboliques telles que le diabète, l’athérosclérose, les maladies cardiovasculaires…
Le vieillissement, c’est tout le temps…
C’est une évidence. Mais on l’oublie trop souvent : notre organisme commence à vieillir significativement dès l’âge de 30 ans. La masse musculaire diminue, la masse grasse augmente et surtout, elle a tendance à s’accumuler là où il ne faut pas.  « C’est un phénomène physiologique certes, mais l’accumulation de masse grasse dans l’abdomen est directement liée à une augmentation de 200% à 300% du risque de diabète. » Ainsi nous explique-t-elle, « le risque de diabète de type 2 ou de maladie cardiovasculaire est multiplié par 2 ou 3, dès lors que le tour de taille dépasse 88 cm chez la femme, et 102 cm chez l’homme. »
Sachant « qu’un diabétique de 63 ans est en moyenne traité pour 3 complications de son diabète (hypertension, cholestérol ou traitement de l’insuffisance coronarienne par exemple) », on comprend bien que la dérive pondérale ne pose pas que des problèmes esthétiques. « La France est le pays d’Europe où l’on vit le plus vieux, mais nous figurons au 10e rang pour l’apparition des maladies chroniques. Cela signifie que nous vieillissons très longtemps mais… prématurément. »
Cette masse grasse qui nous surcharge, nous l’accumulons dès l’enfance en mangeant mal –trop gras, trop salé, trop sucré – et en étant sédentaires. Cela nuit à notre silhouette (certes !) mais aussi à notre cœur, nos articulations et…notre cerveau. « Car la pratique régulière d’une activité physique préserve aussi les capacités cognitives », souligne le Pr Duclos.
… et le sport, c’est tout de suite !
Vous étiez trop absorbé par les contraintes du quotidien et vous avez laissé tomber le sport ? C’est humain et aussi, très fréquent. Mais il n’y a pas d’âge pour vous y remettre. Vous avez naturellement pu voir à la télévision, les exploits de ce centenaire qui bat des records à bicyclette. C’est bien sûr un cas d’exception, mais il est loin d’être unique. « Nous suivons des gens très âgés qui font des activités très intenses. Un Iron Man à 90 ans par exemple. Même si ce n’est pas à la portée de tous, cela prouve au moins que c’est faisable… »
Lors des prochaines Journées internationales de médecine sportive (JIMS) qui se tiendront du 23 au 28 novembre prochain à l’Ile Maurice, Martine Duclos pourra partager cette approche avec des spécialistes de médecine du sport.
Car l’essentiel est de pratiquer à son rythme, à raison d’une trentaine de minutes par jour en moyenne. « Achetez de bonnes chaussures et choisissez une activité qui vous fasse plaisir. Démarrez doucement, après avoir vu votre médecin. Vous pouvez aussi vous renseigner sur les sites Internet des Agences régionales de santé (ARS) et Directions régionales du Ministère chargé des Sports. Vous y trouverez des informations sur les activités qui vous sont ouvertes en fonction de votre cas personnel, et des adresses pour pratiquer dans un cadre adapté, avec des professionnels formés pour prendre en charge des personnes fragilisées. »

Où et comment se faire dépister du diabète ?

Le dépistage du diabète est d’autant plus indispensable que la maladie peut évoluer sans symptômes pendant des années. Aussi le dépistage du diabète est-il indispensable. Explications.



« 20 millions de glycémies sont réalisées en France chaque année, ce qui signifie qu’un Français sur trois est dépisté chaque année. Les associations militent pour un meilleur dépistage, afin d’identifier les diabétiques cachés », explique le PrJean-Jacques Altman, chef du service diabétologie de l’hôpital européen Georges Pompidou.
Où se faire dépister ?
Le dépistage du diabète consiste en une simple prise de sang au laboratoire, le matin à jeun (il ne faut pas avoir mangé pendant les 8 heures précédentes mais on peut boire un peu d’eau avant le test).Si le résultat est positif, une 2ème glycémie est faite pour confirmer le diagnostic. Si le résultat est négatif, le test sera refait tous les ans chez les personnes hyperglycémiques modérées à jeun et tous les 3 ans chez les autres.
Comment ça marche?
On dose le taux de sucre dans le sang (la glycémie). Une glycémie normale est inférieure à 1,10 g/l à jeun. On parle de diabète si on trouve à deux reprises une glycémie atteignant ou dépassant 1,26 g/l. Entre ces deux valeurs, il s’agit d’hyperglycémie modérée à jeun, à surveiller de près car elle évolue fréquemment vers un diabète au fil des années. Une autre façon de dépister le diabète consiste à rechercher un excès de sucre dans l’urine, en y trempant une bandelette réactive : il s’agit de la glycosurie. Cette technique est plus simple à mettre en oeuvre (pas besoin d’aller au laboratoire) et souvent utilisée en médecine du travail ou médecine scolaire, mais elle est moins précise. 
Qui doit se faire dépister du diabète ?
Le dépistage doit être ciblé sur la population à risque. En France, la recommandation officielle est de dépister les personnes de plus de 45 ans qui présentent un facteur de risque pour le diabète. Ces facteurs sont les suivants : avoir plus de 45 ans, être en surpoids (c’est surtout le tour de taille qui est un bon indice : il ne devrait pas dépasser 80 cm chez la femme) ; avoir des antécédents de diabète de type 2 chez des parents ou des frères ; avoir des antécédents d’hyperglycémie modérée à jeun ou d’intolérance au glucose ; avoir de l’hypertension artérielle ou du cholestérol.
A quelle fréquence ?
Le dépistage du diabète doit être réalisé tous les ans au labo s’il existe une hyperglycémie modérée à jeun ou une intolérance au glucose. Dans les autres cas, un dépistage tous les 3 ans suffira.
 Et si on est diabétique ?
Si le diagnostic de diabète est établi, pour ne pas refaire de prises de sang trop souvent, le médecin prescrit un lecteur de glycémie, à utiliser à la maison. Le principe : on pique le bout d’un doigt pour obtenir une gouttelette de sang, que l’on dépose sur une bandelette réactive placée dans un lecteur de glycémie et on obtient le résultat en quelques secondes.
A lire : « Le grand livre du diabète », Pr Jean-Jacques Altman, Dr Roxane Ducloux et Dr Laurence Lévy-Dutel, éditions Eyrolles.

http://www.magazine-avantages.fr/,ou-et-comment-se-faire-depister-du-diabete,181057.asp