Rechercher dans ce blog

Chargement...

Translate

vendredi 31 janvier 2014

Obésité, diabète... moins dormir bouleverse l'expression des gènes


Dormir trop peu a des conséquences physiologiques importantes et variées. Notamment sur le risque d'obésité ou de diabète de type 2.


Un sommeil de moins de six heures entraîne de mauvais résultats aux tests comportementaux et l'expression de 711 gènes en est bouleversée Frédéric Cirou / AltoPress / PhotoAlto / AFP
Un sommeil de moins de six heures entraîne de mauvais résultats aux tests comportementaux et l'expression de 711 gènes en est bouleversée Frédéric Cirou / AltoPress / PhotoAlto / AFP
Les sujets dormant moins de cinq heures par nuit ont un risque d'obésité et de diabète de type 2 deux fois et demi plus élevé que ceux dormant plus de sept heures. Ils ont aussi un risque d'hypertension augmenté.

Un sommeil de moins de 6 heures modifie l'expression de 711 gènes...

Une équipe menée par Derk-Jan Dijk, de l'université de Surrey (Royaume-Uni) a ainsi démontré pour la première fois (Pnas, 213) que la restriction de sommeil modifie jusqu'à l'expression des gènes. 26 participants de 23 à 31 ans dormant en moyenne 8,2 heures par nuit ont été recrutés. Pendant deux sessions d'une semaine, ils ont pu faire soit de longues nuits, soit de courtes nuits (moins de six heures). A l'issue de celles-ci, ils ont subi une prise de sang et passé des tests.
ANALYSE. Leur transcriptome, c'est-à-dire l'ensemble des ARN messagers des cellules en circulation dans le sang, reflétant une bonne part de l'expression du génome, a été analysé. Et les résultats ne laissent pas place au doute. Un sommeil de moins de six heures entraîne de mauvais résultats aux tests comportementaux (vigilance, temps de réaction, performances cognitives) et l'expression de 711 gènes en est bouleversée.

... qui régulent diverses fonctions

Ces gènes régulent pour certains le métabolisme (ce qui pourrait favoriser le diabète de type 2 et l'obésité). D'autres régulent les réponses inflammatoires (impact possible sur la santé cardiovasculaire). D'autres encore contrôlent le stress, le vieillissement et l'horloge circadienne. Reste à démontrer si l'individu, en rattrapant ce manque de sommeil, peut, ou non, remettre les choses en ordre sur le long-terme...


http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20140130.OBS4422/obesite-diabete-moins-dormir-bouleverse-l-expression-des-genes.html?xtor=RSS-26