Rechercher dans ce blog

Chargement...

Translate

vendredi 31 janvier 2014

Etre diabétique, ce n'est pas un handicap

Depuis près de 8 ans, l'association Diab'aide 02 Ternois apporte soutien et conseil aux diabétiques. Rencontre avec ses deux créateurs.

Bernard et Patricia Lales soutiennent les personnes qui, comme eux, vivent avec le diabète.

Etre diabétique, Bernard Lales sait ce que c'est. C'est d'ailleurs après avoir découvert qu'il était atteint de cette maladie que son épouse, Patricia, décida de lancer Diab'aide 02 Ternois, en juillet 2006.
Pourquoi avoir créé cette association ?
Patricia Lales : Parce que, quand mon mari a été diagnostiqué diabétique, ça m'est tombé dessus comme une inondation. Je ne pensais pas pouvoir faire quelque chose pour lui. Comment faire des repas équilibrés ? Donc, avec notre pharmacien, on en a parlé. Il m'a rassurée. Il m'a dit : « Il n'y a pas d'association dans le coin, pourquoi ne pas en faire une ? »
On a commencé par la mise en place de containers (pour l'élimination des déchets, ndlr.), pour récupérer les aiguilles, les tranchants, etc. On a commencé à trois. Et puis avec le bouche à oreille, les gens nous arrêtaient dans la rue… Et maintenant, on est une bonne cinquantaine d'adhérents.
Quel est le principe de Diab'aide ?
Bernard Lales : L'écoute, rassurer les gens, essayer de les comprendre… Ils ont besoin d'un renseignement, d'une aide, on est là tout de suite. Médicalement parlant, on n'est pas compétents, mais on conseille, on les oriente.
Quelles sont les contraintes de cette maladie ?
P.L. : Déjà, c'est pas un régime, c'est des repas équilibrés. C'est-à-dire une entrée un plat de résistance (viande, légume vert, un féculent), un fromage, un laitage, un fruit.
Après, mon mari ne peut pas manger de pommes de terre. C'est un exemple.
B.L. : Chacun son diabète. Chacun a son point faible et son point fort.
P.L. : Par contre, on est invités à midi, on va manger comme tout le monde. On vit normalement, c'est pas un handicap.
B.L. : C'est manger des quantités raisonnables. [...] Tout dépend des activités. Il faut au moins une année à deux ans pour apprendre à connaître son corps. Il faut l'accepter déjà, beaucoup font un déni. Et comme c'est une maladie sourde, ça ne se voit pas.
Vous dites que c'est une maladie sourde. Quels sont les symptômes alors ?
B.L. : Les symptômes, on les apprend. C'est la transpiration, c'est la colère, les changements d'humeur, la personne qui commence à trembler… C'est des symptômes qu'on apprend au Pôle de prévention des maladies (à Saint-Quentin, ndlr.). [...] Comment reconnaître un diabétique ? C'est une personne qui va beaucoup boire. Et, sur un mois de temps, elle va maigrir. Et beaucoup dormir...
Les causes du diabète sont-elles connues ? Existe-t-il une personne « type » ?
P.L. : Non, ça peut être dû à un choc émotionnel.
B.L. : Vous êtes sportif, vous pouvez faire du diabète aussi… Il y a la chaîne de distribution qui entre en compte : la malbouffe, tous les conservateurs… Il y a une bonne partie d'hérédité quand même. Et les ordinateurs, la télé, le manque d'activité…
Quelles sont les actions de l'association ?
Nous avons des permanences tous les deuxièmes vendredis de chaque mois. On ne parle pas forcément de diabète, c'est pas une obligation… C'est être à l'écoute. L'association aide beaucoup à sortir de la solitude.
On organise aussi des ateliers cuisine une fois par mois à peu près, au centre de vie. [...] On fait des concours de belote, de pétanque, des marches… Et on fait deux sorties dans l'année. Et sinon, c'est au niveau social : les gens ont notre numéro de portable.
Vous avez d'autres projets ?
On essaie de se rapprocher des écoles, pour y faire des interventions. Parce qu'il y a de plus en plus d'enfants qui sont atteints de diabète.
Ce mal-être, il faut passer au-dessus. Il y a des règles à suivre, mais on vit très bien avec !
Propos recueillis par Mariam FOURNIER
Naissance : L'association Diab'aide 02 Ternois est née en juillet 2006.
Permanence : l'association accueille le deuxième vendredi de chaque mois, de 14 heures à 16 heures, en mairie de Vouël. « Le but de la permanence c'est l'échange, la convivialité, le soutien moral et les conseils d'une infirmière présente. » Prochain rendez-vous donc : le 14 mars.
Contact : Patricia et Bernard Lales sont joignables au 03-23-57-66-35. E-mail :diabaide02ternois@sfr.f
http://www.aisnenouvelle.fr/region/etre-diabetique-ce-n-est-pas-un-handicap-jna16b110n15185