vendredi 16 décembre 2016

Diabète: une société obtient des cellules souches pour son projet de pancréas bio-artificiel

MERCREDI 14 DÉCEMBRE 2016 - 11H38

La société de biotechnologies française Defymed, qui cherche à développer un pancréas bio-artificiel pour soigner le diabète insulino-dépendant, a conclu un partenariat avec une société américaine, Semma, pour la fourniture de cellules souches, a-t-on appris mardi auprès de Defymed qui espère tester son dispositif dès 2019.
Ce nouveau pancréas bio-artificiel contiendra des cellules sécrétrices d'insuline dérivées de cellules souches.

Un partenariat stratégique

Ce partenariat stratégique permettra au dispositif français d'être testé dans le cadre d'un essai clinique sur l'homme à partir de 2019. Cet essai aura lieu aux Etats-Unis, car la réglementation sur la recherche sur les cellules souches y est plus souple qu'en France, a expliqué à l'AFP Séverine Sigrist, docteur en biologie cellulaire et présidente-fondatrice de la société française basée à Strasbourg.

Un pancréas développé à Strasbourg

Le pancréas bio-artificiel développé à Strasbourg, baptisé "Mailpan", est une poche en polymère, de la taille d'un CD, destinée à être implantée dans l'abdomen des patients diabétiques, via une courte opération chirurgicale. Dans cette poche seraient placées des cellules secrétant de l'insuline, afin de rétablir chez les patients concernés une régulation quasi naturelle du taux de sucre dans le sang et de les libérer ainsi de l'obligation de s'injecter quotidiennement de l'insuline.
Le "Mailpan" est doté d'une membrane semi-perméable qui laisse passer le glucose, les nutriments, l'oxygène et bien sûr l'insuline, tout en restant imperméable au système immunitaire, de manière à éviter un phénomène de rejet des cellules implantées.

Un dispositif rempli de cellules sécrétant de l’insuline

En ce qui concerne ses caractéristiques de perméabilité, "le dispositif fonctionne", assure Mme Sigrist, mais le défi consiste désormais à tester sa fiabilité en le "remplissant" avec des cellules capables de secréter de l'insuline.
Semma Therapeutics, implantée à proximité du Massachusetts Institute of Technology (MIT) près de Boston, développe des "cellules sécrétrices d'insuline dérivées de cellules souches" humaines embryonnaires, précise Mme Sigrist.

Les premiers tests repoussés

Initialement, la start-up française prévoyait de lancer fin 2015 ou début 2016 des tests sur 16 patients volontaires, en Europe. Mais ce calendrier a dû être repoussé, au vu de la difficulté à trouver des "cellules optimum", explique la dirigeante de Defymed.
Il existe plusieurs techniques permettant d'obtenir des cellules secrétant de l'insuline - notamment par manipulation génétique. Parmi elles, celle mise au point par Stemma "paraît la plus prometteuse", selon elle.
Créé le 14 décembre 2016
Sources :
  • AFP/Relaxnews
http://www.doctissimo.fr/sante/news/diabete-pancreas-bioartificiel#close-modal