mardi 30 septembre 2014

Quand les maux deviennent tableaux



Auzeville-Tolosane (31)


Tous les mercredis, l'atelier d'art plastique aide à “faire face ensemble” à la maladie./ Photo DDM, J-P.R.
Tous les mercredis, l'atelier d'art plastique aide à “faire face ensemble” à la maladie./ Photo DDM, J-P.R.
«Faire face ensemble» : le nom de l'association annonce clairement la couleur. Ses adhérents ont tous connu ou connaissent la maladie : le cancer, la sclérose en plaque, le diabète etc. «Au début, le trait commun était l'épreuve du cancer. Puis, on l'a élargi à d'autres maladies chroniques», explique Camille Maloisel, artiste plasticienne.
Chaque mercredi matin, Camille vient animer un atelier. «Ce n'est pas de l'art-thérapie mais plutôt de l'art plastique qui s'attache plus au développement personnel et à l'épanouissement qu'à la technique». Pour le seul prix d'une cotisation (le cours et le matériel sont pris en charge par La Mutualité française), pendant deux heures, salle Tolosane, Sylvie, Suzy et leurs copines peignent, dessinent, découpent, collent selon leur bon vouloir mais avec un accompagnement spécifique personnalisé. «Ce n'est pas un cours de peinture : je leur propose simplement d'appliquer des techniques au travers de l'œuvre d'un peintre. Après l'Autrichien Hunderwasser, les voilà qui inventent, qui créent en s'inspirant de lignes et des couleurs de Miro. Le tout avec application ce qui n'empêche pas les filles de papoter, de rire ou de boire un thé à la pomme-canelle.» L'atelier permet à des personnes qui se sont retrouvées en marge de la vie active, d'échanger, de partager.
«Je viens depuis 2011. Avant ma sclérose en plaques, je peignais déjà. Ici, j'ai tout de suite tilté sur Camille, sur sa façon de nous guider tout en nous laissant la liberté de nous exprimer. Et puis, j'adore l'ambiance de ce groupe», témoigne Sylvie. Martine diabétique, n'a pas le même vécu artistique : «Avant, je ne faisais vraiment rien. Là, j'apprends et je me régale».
Suzy est l'une des plus douées. Il suffit de voir les collages qu'elle a réalisés pour déceler chez elle un véritable talent. «J'ai eu un cancer du sein. Cet atelier m'a beaucoup aidé. Maintenant, j'ai repris mon travail d'aide à domicile pour personnes âgées mais je suis heureuse d'avoir pu aménager mon emploi du temps pour continuer
à venir à l'atelier. On fait toutes quelque chose de différent mais on a toutes de bonnes raisons de venir retrouver Camille chaque semaine.»
Salle Tolosane, le mercredi matin, les maux deviennent de tableaux. Comme l'a très joliment écrit une participante : «Pas d'orgueil ou de fausse modestie, nous sommes tous des apprentis. Petit ou grand retour à la Vie. À petits pas, on se découvre libre avec de nouveaux possibles. Oui, avec joie et simplicité : faire quelque chose de joli». Les artistes, parfois, sont aussi poètes.

L'association

Aide, écoute, rencontre de tous ceux qui ont connu ou connaissent l'épreuve du cancer ou de maladies chroniques. Permanence tous les lundis après-midi, groupe de parole, sophrologie, atelier d'art plastique. Contact : 05 62 88 38 50
E-mail : faire.facensemble@wanadoo.fr
Jean -Paul Rouquier

http://www.ladepeche.fr/article/2014/09/29/1961274-quand-les-maux-deviennent-tableaux.html