Rechercher dans ce blog

Chargement...

Translate

jeudi 28 août 2014

Les nouilles instantanées liées à un risque cardiovasculaire et de diabète accru



le 23 août 2014 

La consommation de nouilles instantanées est liée à un risque accru de syndrome métabolique, selon une étude américaine publiée dans leJournal of Nutrition.

Hyun Joon Shin et Frank Hu des universités de Baylor et de Harvard ont, avec leurs collègues, analysé les données d'une enquête menée avec de 10.771 personnes représentatives de la population de Corée du Sud, qui est le pays où ces nouilles sont les plus consommées
Ils ont identifié deux types d'alimentation chez les participants: une alimentation correspondant principalement au régime coréen traditionnel incluant beaucoup de poisson, de riz et de légumes et une alimentation basée sur la viande et des aliments de style fast-food incluant des sodas, des aliments frits et beaucoup de nouilles instantanées.
Les participants dont l'alimentation correspondait le plus au deuxième type de régime (viande et fast-food) avaient tendance à avoir des niveaux plus élevés d'obésité abdominale, de cholestérol et de triglycérides alors que ceux dont l'alimentation était la plus proche du régime traditionnel avaient des niveaux moins élevés de pression artérielle.
Mais aucun de ces régimes n'étaient lié au syndrome métabolique qui consiste en une combinaison de facteurs de risque cardiovasculaire et de diabète: obésité abdominale, hypertension, cholestérol élevé et niveau de glucose sanguin élevé.
Mais la consommation de nouilles instantanées 2 fois ou plus par semaine était liée, chez les femmes, à un risque 68% plus élevé de syndrome métabolique.
Le fait que le lien entre consommation de nouilles et syndrome métabolique n'était présent que chez les femmes pourrait s'expliquer par des différences dans l'alimentation générale, par le fait qu'elles décrivaient leur régime alimentaire de façon plus exacte, par une plus grande sensibilités aux effets des hydrates de carbone (glucides), des graisses et du sel après la ménopause, ou encore, par l'effet du bisphénol contenu dans les contenants de styromousse sur l'hormone estrogène.
Voyez également: