mardi 24 juin 2014

Le diabète et le Ramadhan en débat

A quelques jours du début du mois de Ramadhan, et toujours dans le souci de venir en aide à ses adhérents, l’Association des diabétiques de la daïra de Timezrit (ADT), a organisé une journée de sensibilisation sur le diabète, sous le thème « Le diabète et le Ramadhan ». A cet effet, comme à l’accoutumée, le président de ladite association, M. Halou Nacer, a fait appel à deux imams, Hadj Mohand Chaouch et Hammachi Malek, et deux médecins spécialistes dans le domaine, à savoir Dr Mourad Zaidi et Dr R. Mehidi, afin de mieux sensibiliser les malades diabétiques sur les dangers du jeûne sur leur santé. Comme prévu, le programme de la journée a débuté à 10h00 à la maison de jeunes de Timezrit, où un monde fou est venu assister à la conférence animée par les spécialistes suscités. Au cours de son discours d’ouverture, le président de l’association a tenu à remercier l’assistance pour son engouement à toutes les cérémonies initiées par l’ADT et aux animateurs ainsi qu’aux agents des divers laboratoires (Novo Nordisk, Acon, Lilly, Saïdal, Diagnostic et Roche) qui, à chaque fois, n’hésitent pas à venir d’Alger pour exposer leurs produits. Lors de leur intervention, les deux imams ont tenu à sensibiliser les malades chroniques sur le jeûne et ses répercussions sur la santé du malade. Selon eux, la religion interdit aux malades, aux personnes âgées et aux femmes enceintes et allaitantes de faire le carême. Mais, d’après toujours ces religieux, si les malades ne sont pas tenus de compenser les journées non jeûnées, les personnes âgées sont tenues de le faire soit, en invitant chaque jours un nécessiteux à prendre un repas (F’tour) avec eux, soit en payant une aumône de 100 DA chaque jour. Quant aux femmes enceintes et allaitantes, elles sont tenues de jeûner après la période de maternité et d’allaitement. Docteur Mehidi, qui s’est étalé sur l’explication des différents types de diabète, dira que « les malades diabétiques, n’ayant pas d’autres complications, sont soumis à l’autorisation du médecin pour jeûner ou non. » Alors que Dr Zaidi de son côté dira que « certains diabétiques de type 2 peuvent jeûner à condition de surveiller la glycémie au minimum chaque 02 heures, et il faut, à la moindre alerte, rompre le jeûne sans hésitation même à quelques minutes du Maghreb, car toute hésitation peut être fatale. » Pour conclure, les deux médecins ont tenu à remercier les responsables de l’association des diabétiques de Timezrit pour leur organisation en soulignant que cette dernière est la meilleure au niveau de la région de par ses moyens et ses adhérents, notamment, avec la création de la maison du diabétique et son labo d’analyses. Comme d’habitude, à midi toute l’assistance, composée de plus de 200 personnes, a été conviée à un copieux repas.
Rabah Bouras

Read more at http://www.depechedekabylie.com/kabylie/bgayet/139904-le-diabete-et-le-ramadhan-en-debat.html#eiCA6WhdP2PfAlC5.99