dimanche 23 mars 2014

DIABÈTE. Ados : les dangers du surpoids

                                        Publié le 21-03-2014 à 17h11


S'il reste plus rare chez les jeunes que celui de type 1, le diabète de type 2 progresse de façon inquiétante.


C’est aux Etats-Unis, dans les années 1990, que les premiers cas de diabète de type 2 ont été décrits chez des jeunes de 10 à 19 ans. ISIFA/SIPA
C'est aux Etats unis, dans les annees 1990, que les premierscas de diabete de type 2
ont ete decrits chez chez des jeunes de 10 a 19 ans.ISIFA/SIPA.


Classiquement appelé "diabète de l’âge adulte" en raison de l’apparition de la maladie surtout aux alentours de la quarantaine, le diabète de type 2 (DT2) porte de plus en plus mal ce nom.

De plus en plus d'ados concernés

C’est aux Etats-Unis, dans les années 1990, que les premiers cas de DT2 ont été décrits chez des jeunes de 10 à 19 ans. Mais alors que ces adolescents représentaient alors moins de 3 % de l’ensemble des diabétiques, ils constituaient 45 % des cas moins de deux décennies plus tard. Cette augmentation a, depuis, été observée dans d’autres pays (Nouvelle-Zélande, Japon) comme dans certaines minorités ethniques vulnérables (Indiens d’Amérique, aborigènes d’Australie). Aujourd’hui, l’émergence de cas de DT2 pédiatriques frappe également l’Europe, mais les données épidémiologiques y sont rares.
Une étude française menée dans un centre de diabétologie pédiatrique, l’hôpital Robert-Debré (Paris), a cependant montré, à dix ans d’intervalle, que la proportion de patients atteints de DT2 admis dans ce service avait plus que doublé, passant de 2,2 % des diabètes en 1993 à 5,2 % en 2003.

Beaucoup plus agressif que chez l’adulte

Le facteur majeur sous-tendant cette hausse est bien connu : l’obésité. En effet, les modes de consommation des pays développés favorisent un accès aisé à des aliments bon marché, riches en graisses et en sucres. Associé à une activité physique insuffisante, ce type d’alimentation crée un déséquilibre énergétique entre les calories consommées et celles dépensées. Ce qui conduit à un risque de surpoids plus important.
PLUS AGRESSIVE. L’épidémie mondiale d’obésité risque donc à terme de se traduire par une augmentation massive des cas. Plus inquiétant, et pour des causes encore inconnues, la maladie semble beaucoup plus agressive chez l’adolescent que chez l’adulte de plus de 40 ans. Une étude publiée dans le New England Journal of Medicine en 2012, réalisée sur 699 jeunes, a montré que des traitements généralement très efficaces chez l’adulte n’avaient qu’un effet limité, voire nul, sur ces jeunes.
http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20140321.OBS0816/diabete-ados-les-dangers-du-surpoids.htm