mercredi 12 juin 2013

Santé, Suivi électronique du diabétique en Algérie



Trente établissements publics de santé de proximité seront concernés par le suivi électronique du diabétique d’ici à 2018 en Algérie, a affirmé, mardi à Rome, la sous-directrice du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, chargée de la prévention des maladies non transmissibles, le Dr Djamila Nadir.



Trente établissements publics de santé de proximité seront concernés par le suivi électronique du diabétique d’ici à 2018 en Algérie, a affirmé, mardi à Rome, la sous-directrice du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, chargée de la prévention des maladies non transmissibles, le Dr Djamila Nadir.
Ce projet vise à établir un suivi électronique du diabétique (baromètre changing diabetes), lancé en 2013 dans le cadre d’un partenariat avec les établissements hospitaliers et laboratoires Novo Nordisk, sous l’égide du ministère de la Santé, avec l’appui des associations scientifiques, a indiqué le Dr Djamila Nadir à l’APS, en marge des travaux du symposium sur la qualité de la thérapie en matière de prise en charge du diabète, ouverts mardi à Rome. À cet effet, il a été procédé à l’équipement des établissements publics de santé de proximité et à la formation des équipes médicales et paramédicales où la technique du baromètre «Changing diabetes» a été appliquée le 7 avril 2013 à Adrar, suivie de Tiaret le 8 mai et de Jijel. Début juin, le projet a été élargi pour englober 30 établissements publics prenant en charge 24.000 diabétiques à travers le territoire national durant la période allant de 2013 à 2018. Le baromètre «Changing diabetes» est une initiative internationale visant à améliorer la prise en charge des personnes atteintes de diabète et à assurer un suivi régulier des indices biologiques de la santé et économiques à partager entre les différentes parties concernées. L’efficacité du projet a d’ores et déjà été prouvée dans les pays où il a été appliqué, notamment en Italie qui compte parmi les pays pionniers en la matière, suivie des États-Unis de France et du Danemark. En Algérie, les professionnels de la santé tablent de leur côté sur le même succès réalisé dans les autres pays.