jeudi 6 juin 2013

PRÉVENTION DU DIABÈTE

L’Association française des diabétiques organise, jusqu’au 9 juin, des journées de prévention contre cette maladie chronique. En France, 700.000 personnes seraient diabétiques sans le savoir.
Plus de 3 millions de personnes sont concernées par le diabète. Il pourrait toucher un Français sur 10 dans 10 ans, selon l’association.
Ce chiffre s’explique par le développement du diabète de type 2, notamment chez les plus âgés. On compte en moyenne 5 à 10 ans entre l’apparition des premières hyperglycémies et le diagnostic du diabète, souligne l’AFD.
Mal traité ou diagnostiqué trop tardivement, le diabète peut engendrer des complications « dramatiques » : cécité, maladies cardiovasculaires, amputation….
Programme de la semaine de prévention sur www.contrelediabete.fr, site de sensibilisation sur lequel on peut tester son risque.

Don d’organes

Le samedi 22 juin se tiendra la 13e Journée nationale de réflexion sur le don d’organes, la greffe, et de reconnaissance aux donneurs. En 2012, le seuil des 5.000 greffes a pu être franchi. Or durant cette même année, 17.657 malades ont eu besoin d’une greffe. Sauver davantage de vies en permettant que plus de malades soient greffés, est possible : « Tout l’enjeu », rappelle l’Agence de biomédecine, « est celui de la transmission de sa position sur le don d’organes à ses proches ». En France, le don d’organes est placé sous le régime du consentement présumé. Néanmoins, si l’on est opposé au don, la loi permet de s’inscrire sur le registre national des refus ou de communiquer oralement sa position à ses proches. Ainsi, lorsqu’un prélèvement est envisagé, les équipes hospitalières doivent obligatoirement consulter ce registre. Si le nom du défunt n’y figure pas, elles ont le devoir de s’assurer de sa non-opposition auprès de ses proches. Et ce même si le défunt porte une carte de donneur. Il est donc essentiel de transmettre sa position à ses proches.