dimanche 26 mai 2013

Prise en charge des diabétiques qualité de vie altérée par des facteurs invisibles

La face cachée du diabète» est le thème choisit cette année par le laboratoire Pfizer pour son 5e Sommet national sur le diabète.

Une réalité qui montre bien les ravages d’une maladie baptisée désormais par l’OMS  d'«épidémie du siècle». Une maladie qui ronge de plus en plus des populations, non seulement parce que le taux de glycémie est élevé dans le sang, mais aussi du fait d’autres affections, qui viennent altérer la qualité de vie du diabétique. La journée d’hier a été consacrée à la dyslipidémie, les douleurs neuropathiques et l’hypertension artérielle, qui peuvent avoir un impact  grave sur la santé du diabétique.
Selon le docteur Aouiche, du service de diabétologie à l’hôpital Mutapha Bacha, 45% des diabétiques souffrent de neuropathie et 22% de forme douloureuse de la neuropathie diabétique. Ce qui nécessite, selon lui, une prise en charge, qui doit commencer par l’identification de la neuropathie et la douleur neuropathique par la suite. Ce qui peut facilement être diagnostiqué après un examen clinique. Les spécialistes ont insisté justement sur le dépistage de la douleur neuropathique diabétique dans le cadre du diagnostic d’un diabète de type 2.
Entre 60 et 70% des personnes souffrant de diabète présentent une lésion nerveuse d’origine diabétique. Les maladies cardiovasculaires sont les principales  causes de décès prématuré chez les patients diabétiques, a-t-on souligné. Des contrôles réguliers sont donc recommandés afin d’éviter toutes ces complications graves. A noter que le diabète avance dans le monde à grands pas et la prévalence de la maladie est d'environ 15% dans les pays du Moyen-Orient et 11% en Afrique. Le Moyen-Orient compte en son sein 10 pays dans lesquels la prévalence du diabète est la plus élevée au monde.                           
Djamila Kourta