dimanche 12 mai 2013

Jeûne : bénéfique pour le diabète et l'hypertension ?

Par Sophie Aunnecyl   
le 07/05/2013 à 17h33


femme, jeune, surpoids
Le jeûne, s'il ne doit pas être pratiqué n'importe comment, a des effets positifs sur l'organisme, notamment parce qu'il permet de le nettoyer des toxines qui peuvent l'encrasser.
Une étude de l'Université d'Aston (Royaume-Uni), publiée dans le British Journal of Diabetes and Vascular Disease, s'est toutefois penché sur la question pour envisager qu'il puisse permettre de prévenir et réduire l'obésité, ainsi que le diabète de type 2.
Leur point de départ se trouve être la chirurgie bariatrique, puisque selon eux : « c'est le régime extrêmement restrictif imposé après et par l'intervention qui est directement responsable d'une rémission rapide du diabète, dans les jours suivant la chirurgie ».
Le jeûne intermittent repose sur une restriction alimentaire sévère, qui consiste à se priver de 75 à 90 % des besoins énergétiques sur 1 à 2 jours par semaine. Si les études manquent jusqu'à présent sur ses effets bénéfiques, l'étude de l'université d'Aston observe que :
  • Le jeûne peut limiter l'inflammation et améliorer les niveaux de sucres et de graisses dans la circulation, et réduire la pression artérielle.
  • Le jeûne entraîne une amélioration de la fonction pancréatique, et réduit les dépôts de graisses associés à la résistance à l'insuline, responsable du diabète.
  • Sur l'animal, le jeûne intermittent aurait des bénéfices cardiovasculaires comparables à l'exercice : amélioration de la pression artérielle, du rythme cardiaque, baisse du taux de cholestérol.
  • Le jeûne protégerait le cœur, en élevant les niveaux d'adiponectine, une protéine importante pour la biologie vasculaire.
L'auteur principal de l'étude conclut donc que « le jeûne intermittent peut apporter une grande partie des bénéfices démontrés avec la chirurgie bariatrique. Il pourrait être utilisé comme un outil de prévention ou de contrôle du diabète chez les patients à risque élevé ».