dimanche 12 mai 2013

DÉCLIN COGNITIF: Le régime méditerranéen nourrit aussi la mémoire


 
Le régime méditerranéen et ses poissons gras peut-il prévenir ou réduire la perte de mémoire? Encore une fois, cette étude internationale qui tente de répondre dans la revue Neurology, conclut que les personnes âgées qui suivent ce type de régime ont un risque légèrement réduit, de 13%, de déclin cognitif. Sauf en cas de diabète.

Le régime méditerranéen, c’est-à-dire riche en fruits, légumes, légumineuses, poissons, huile d'olive et de noix a déjà été reconnu pour son efficacité contre le risque cardiovasculairecontre certains troubles du sommeil, pourbooster la fertilitépréserver la santé osseuseprolonger la longévité. Cependant, une récente étude publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition a montré l’absence d’association entre l’adoption, à la quarantaine, d’un régime méditerranéen et les performances cognitives évaluées 13 ans plus tard. Cette étude, très spécifique aux États-Unis, suggère que s'en tenir à un régime majoritairement de type méditerranéen pourrait avoir des bénéfices pour le fonctionnement cognitif, sauf en cas de diabète.

Cette étude de cohorte prospective, réalisée par des chercheurs de l'Université d'Athènes, d’Alabama à Birmingham, d'autres instituts de recherche aux États-Unis et en République tchèque, a été menée à  partir des données de la cohorte REGARDS (Reasons for Geographic and Racial Difference in Stroke) auprès de plus de 30.000 personnes âgées de 45 ans et plus de différentes régions des États-Unis. Les participants ont renseigné des questionnaires de fréquence alimentaire et leur fonctionnement cognitif a été évalué par l’échelle SIS (six-item screener). Les chercheurs ont également pris en compte les facteurs de confusion tels que l'âge, la race, le sexe, les facteurs socio-économiques, l'état et les antécédents de santé...et évalué comment le diabète pouvait influencer la relation entre l'alimentation et les troubles cognitifs. Finalement, l’analyse a porté sur 14.701 participants. Elle constate que
·         les personnes à forte adhésion au régime méditerranéen ont un risque réduit de 13% de troubles cognitifs au cours de l'étude, par rapport aux participants à faible adhésion (OR : 0,87 IC : 95% de 0,76 à 1,00). Une constatation la limite de la significativité, précisent les auteurs.
·         parmi les personnes qui n'ont pas de diabète, une forte adhésion au régime méditerranéen est associée à un risque réduit de 19% de déficience cognitive (OR: 0,81).
·         Mais l'association entre un régime méditerranéen et la déficience cognitive n'était pas significative chez les personnes diabétiques  (OR : 1,27).

Selon cette nouvelle étude –qui contredit la précédente-, une bonne adhésion au régime méditerranéen donc serait associée à un risque un peu plus faible d'incident cognitif, après ajustement avec facteurs de confusion possibles. Quoiqu’il en soit, c’est une nouvelle preuve qu'une alimentation riche en fruits, légumes et huile d'olive, et pauvre en graisses saturées, en viande et en produits laitiers, peut n’avoir que des bénéfices pour la santé.

Source: Neurology April 30 2013  doi: 10.1212/WNL.0b013e3182904f69 Adherence to a Mediterranean diet and risk of incident cognitive impairment