Rechercher dans ce blog

Chargement...

Translate

jeudi 7 mars 2013

Le sel pourrait contribuer aux maladies auto-immunes (sclérose en plaques, diabète de type 1, arthrite rhumatoïde…)

Soumis par Gestion le 6 mars 2013

Le sel pourrait pourrait contribuer au développement des maladies auto-immunes, incluant la sclérose en plaques, le psoriasis, l'arthrite rhumatoïde, suggèrent trois études publiées dans la revue Nature. Le sel pourrait stimuler un groupe de cellules du système immunitaire qui sont impliquées dans le déclenchement et le maintien de ces maladies dans lesquelles le système immunitaire attaque certains tissus ou organes de l'organisme.
L'augmentation de l'incidence des maladies auto-immunes, en particulier la sclérose en plaques et le diabète de type 1, soulignent les chercheurs, suggèrent que des facteurs environnementaux, et non génétiques, expliqueraient cette tendance.
David Hafler de l'Université Yale a été intrigué par les résultats d'une étude qui montrait que les gens qui mangent dans les restaurants de fast-food semblent avoir des niveaux plus élevés de cellules responsables de l'inflammation.
Dans une des trois études publiées dans Nature, il a constaté, avec ses collègues, que donner à des souris une alimentation élevée en sel amenait la production de cellules combattant les infections qui sont étroitement liées avec les maladies auto-immunes. Ces souris ont développé une forme sévère de sclérose en plaques (les résultats obtenus chez des animaux ne se reproduisent pas toujours chez les humains, souligne-t-il toutefois).
Les trois études montrent, chacune d'un angle différent, que le sel semble favoriser la production de cellules du système immunitaires, les lymphocytes T auxiliaires ("helper T-cells), qui augmentent la réponse immunitaire.
Le sel n'est pas le seul facteur, précise toutefois Hafler, plusieurs facteurs génétiques et d'autres facteurs environnementaux étant aussi impliqués.
Des études prochaines pourront vérifier si une alimentation faible en sel peut aider à traiter les maladies auto-immunes. Un biomarqueur du système immunitaire, qui a été identifié, permettra de vérifier si les mécanismes de ces maladies sont affectés par le changement alimentaire.
Le chercheur souligne que, si le sel est impliqué dans les maladies auto-immunes, il joue aussi un rôle important pour stimuler le système immunitaire. Une partie de la raison pour laquelle la soupe au poulet pourrait être efficace contre le rhume et la grippe, note-t-il, peut être que le sel stimule la réponse qui combat l'infection.
Voyez également: