Rechercher dans ce blog

Chargement...

Translate

mardi 26 février 2013

Sophia : un programme de coaching téléphonique pour lutter contre le diabète


Mis en place en 2008 par l'Assurance maladie sur 10 départements, Sophia, le dispositif gratuit d'accompagnement téléphonique de patients diabétiques devrait être généralisé sur l'ensemble du territoire. Pour autant, 1,8 million de patients sont éligibles à ce programme qui ne recense que 226 000 adhérents.
Sophia : un programme de coaching téléphonique pour lutter contre le diabète © Stockbyte

Trois millions de diabétiques en France, 7 % de malades supplémentaires par an : face au fléau, la Sécu a affiché jeudi 21 janvier les résultats positifs de son programme gratuit d’accompagnement téléphoniquedes patients diabétiques baptisé Sophia, auquel 226 000 Français ont déjà adhéré. Si le dispositif lancé en 2008 sur 10 départements est un succès, il n'a toutefois pas encore séduit le 1,8 million de malades éligibles.

En pratique, Sophia, c’est un service de « coaching téléphonique ». Il est assuré par 140 infirmiers et infirmières (270 à la fin 2013), recrutés en interne par l'Assurance maladie. Leur mission : aider au suivi des patients par téléphone. Avec les 56 000 médecins participant au programme, ils s'assurent du suivi du traitement des adhérents. Selon le directeur de l’Assurance maladie, Frédéric van Roekeghem, « Quand les gens sentent qu'on s'occupe d'eux, ils sont contents ».

Pour être éligible au programme il faut être atteint de diabète de type 1 (sous insuline) ou de type 2, être âgé de plus de 18 ans et pris en charge à 100 % par le régime général d'Assurance maladie au titre des affections de longue durée (ALD).

Si l'Assurance maladie affiche un objectif de 350 000 adhérents à Sophia pour la fin 2013, elle espère tout de même dépasser les 400 000. Par ailleurs, Sophia prévoit de couvrir l’ensemble du territoire courant 2013, et de nouvelles plates-formes d’écoute ouvriront en Martinique et à La Réunion.

Le diabète est devenu la plus importante des ALD

Les premières études effectuées entre 2009 et 2011 révèlent que les adhérents ont « à caractéristiques égales, des dépenses de soins moins élevées que la population témoin, qu'il s'agisse des dépenses de soins de ville ou d'hospitalisation ». Fin 2013, un dispositif équivalent sera testé pour les asthmatiques.

Selon un rapport de l'Igas (Inspection générale des affaires sociales) datant de 2012, le diabète est devenu la plus importante des affections de longue durée (ALD) et représente 13 milliards d'euros de dépenses de l'Assurance maladie.

Elodie Cohen Solal

VOIR AUSSI

http://www.terrafemina.com/vie-privee/sante/articles/22992-sophia-un-programme-de-coaching-telephonique-pour-lutter-contre-le-diabete.html