mardi 19 février 2013

Le diabète chez les personnes âgées : Appel à la création de services de gériatrie



PUBLIE LE : 18-02-2013 | 0:00

En 2025, les personnes âgées seront un cinquième de la population algérienne.

En 2025, les personnes âgées seront un cinquième de la population algérienne. Dans notre pays, comme dans le reste du monde, le nombre élevé de diabétiques chez les personnes âgées (majoration de la prévalence du diabète des seniors) s’explique par deux facteurs essentiels : la progression de la fréquence du diabète et l’augmentation régulière de l’espérance de vie.
Du fait du vieillissement de la population et de la progression de l’obésité, le nombre de diabétiques âgés ne cesse d’augmenter. La prise en charge du diabète dans la population âgée demeure un challenge notamment par la réadaptation du système des soins et la formation adapté des professionnels de la santé.
En Algérie, les personnes âgées représentent une population en plein progression si on se réfère aux projections de l’Office nationale des statistiques, la population en âge d’activité (15 à 59 ans) connait un léger recul par rapport à l’année précédente, passant ainsi de 64,5% à 64,3%, tandis que la part des personnes âgées de 60 ans et plus continue toujours sa progression, et passe de 7,7% en 2010 à 7,9% en 2011. D’ici 20 ans, elle représentera 1/5e de la population générale.
Le vieillissement s’accompagne des modifications du métabolisme glucidique, favorisant la survenue du diabète et de ses complications vasculaires. Chez les sujets âgés diabétiques, les incidences de la dépression, des troubles cognitifs et de la démence sont plus élevées que chez les sujets âgés non diabétiques d’où le qualificatif de populations fragile et la nécessité de sa prise en charge gériatrique dans l’objectif principal est de préserver la qualité de vie.   
Le traitement du diabète en lui-même peut aussi altérer la qualité de vie. La définition de la fragilité n’est pas univoque en raison de critère nombreux et le plus souvent liés entre eux. La fragilité est aussi appréciée par des critères cliniques et sociaux. De mauvaises conditions sociales, plus fréquentes chez les diabétiques, ont également une influence délétère sur l’autonomie. Le diabète pourrait favoriser le passage à un niveau plus élevé de dépendance.  
Une intervention gériatrique avec réalisation d’une évaluation gériantologique chez les diabétiques fragiles permet de prévenir la perte d’autonomie et d’améliorer la qualité de vie d’où la nécessite de créer les services de gériatrie.
Wassila Benhamed

http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/38454