lundi 4 février 2013

BINGE DRINKING: Il favorise aussi le diabète de type 2


L'abus d'alcool et le binge drinking entraînent une résistance à l'insuline donc augmentent le risque de diabète de type 2, selon les résultats de cette étude du Mount Sinai Hospital. Menée sur l’animal, cette recherche, publiée dans l’édition du 30 janvier de la revue Science Translational Medicine montre comment l'alcool, même à raison d’un seul excès par semaine, va perturber le récepteur de l’insuline et provoquer une inflammation dans l'hypothalamus du cerveau.
La résistance à l'insuline est un facteur métabolique clé du diabète de type 2 et de la maladie coronarienne, rappelle le Pr Christoph Buettner, auteur principal de l'étude et professeur agrégé de médecine au Mount Sinai. «Un buveur excessif, régulier pendant de nombreuses années, même à raison d’un seul excès par semaine,  peut persister dans un état de résistance à l'insuline pendant une période de temps prolongée, voire des années ».
Dans cette étude, les chercheurs ont traité des rats avec de l'alcool durant 3 jours consécutifs pour imiter le binge drinking. Un groupe témoin a reçu la même quantité de calories, mais sans alcool. Les chercheurs ont étudié le métabolisme du glucose. Les rats « traités » avec de l'alcool présentent des concentrations plus élevées d'insuline plasmatique que les rats du groupe témoin, suggérant que l'insulino-résistance peut avoir été la cause de cette tolérance au glucose. Les chercheurs constatent que la signalisation de l'insuline dans l'hypothalamus est réduite après l’administration d’alcool, que l'inflammation hypothalamique est augmentée, tout comme l'expression d’une protéine (tyrosine phosphatase) qui régule de manière négative la signalisation de l'insuline.
Des résultats qui montrent que, chez les rats, l’excès d’alcool induit une résistance à l'insuline systémique en portant atteinte au…cerveau.
 Des niveaux élevés d'insuline plasmatique sont une composante majeure du syndrome métabolique, un ensemble de facteurs de risque qui, ensemble, augmentent le risque de diabète de type 2, de maladies coronariennes et d’AVC. Avant cette étude, il était difficile de savoir si binge drinking est associé à un risque accru de diabète, car une personne qui boit trop peut aussi manger trop ou mal. Ces données montrent pour la première fois la relation entre abus d’alcool et résistance à l'insuline, quel que soit l'apport calorique.
Source: Science Translational Medicine 30 January 2013 DOI: 10.1126/scitranslmed.3005123 Binge Drinking Induces Whole-Body Insulin Resistance by Impairing Hypothalamic Insulin Action (Visuel Fotolia)