mercredi 30 janvier 2013

Mortalité globale en fonction du taux d’HbA1c dans le diabète de type 2, une courbe en U

Publié le 28/01/2013


L’hyperglycémie chronique, étroitement corrélée aux taux sériques d’HbA1c, a un effet délétère sur la microcirculation. Ainsi, un point de plus ou 1 % de plus,  c’est 18 % d’évènements cardiovasculaires en plus. Le contrôle intensif de la glycémie a un effet bénéfique sur ce risque cardiovasculaire. Ces notions couramment admises émanent de petites études regroupées dans des méta-analyses, mais, le plus souvent, elles ont inclus des sous-populations à risque, lesquelles ne sont pas forcément représentatives de la population générale.
La meilleure façon pour en savoir plus est de recourir à des registres nationaux qui portent sur tous les patients atteints, par exemple, d’un diabète de type 2, indépendamment des co-morbidités ou des traitements reçus. Cette démarche est celle du Danish Department of Health qui, depuis 2003, prône le contrôle intensif de la glycémie dans le diabète de type 2, l’objectif étant d’amener les taux d’ HbA1c au-dessous de 7 %. Les données de ce registre permettent d’estimer la morbidité et la mortalité globale en fonction de l’HbA1c chez des patients représentatifs de la population générale du Danemark. Ces derniers, au nombre de 17 760, pour les besoins de la présente étude, étaient tous originaires du Comté d’Aarhus, la période d’inclusion se situant entre 2001 et 2003.
Le modèle de régression selon Cox a permis d’estimer la morbidité et la mortalité globale en fonction des taux d’HbA1c. Au total, 1 859 décès ont été dénombrés dans les deux années qui ont suivi le dosage, cependant que 1 805 patients ont été atteints d’au moins un événement imputable au diabète durant cette période.  D’une manière globale, les risques relatifs ajustés (RRA) se sont avérés plus élevés quand l’HbA1c était > 7 %, soit respectivement 1,48 pour la morbidité et 1,28 pour la mortalité (versus HbA1c < ou = 7 %).
Un échantillonnage plus fin en fonction des taux l’HbA1C (< 5 %, 5,0–5,9 %, 6,0–6,9 %, 7,0–7,9 %, 8,0–8,9 % et > 9 %) a conduit à une courbe en U, le RRA minimal étant atteint dans l’intervalle 6,0–6,9 % pour la mortalité. Une relation linéaire de type dose-effet a été observée pour la morbidité liée au diabète, celle-ci étant minimale pour une HbA1c < 5 %.
En bref, cette étude objective des relations complexes entre HbA1c, d’une part, morbidité liée au diabète de type 2 et mortalité globale, d’autre part. Les valeurs de l’HbA1c les plus basses et les plus élevées  s’associent à une augmentation de la mortalité globale selon une courbe en U. ¨Pour la morbidité, la relation linéaire est du type dose-effet.


Dr Philippe Tellier

Skriver MV et coll. : Short-term impact of HbA1c on morbidity and all-cause mortality in people with type 2 diabetes: a Danish population-based observational study. Diabetologia. 2012, 55 : 2361-70.