Rechercher dans ce blog

Chargement...

Translate

vendredi 18 janvier 2013

DECOUVERTE MAJEURE SUR LE DIABETE

alt
DECOUVERTE MAJEURE SUR LE DIABETE
C’est une bonne nouvelle pour les quelques 300 millions de diabétique dans le monde et les 8 à 10% de la population caribéenne touchés par cette maladie chronique. Cette découverte a déjà pris le nom de « poignée de main moléculaire »
Une équipe internationale menée par des australiens, des anglais, des américains et des tchèques vient de faire une découverte fondamentale dans l’extrêmement petit.  Ils ont pour la première fois expliqué et démontré comment l’insuline et la cellule s’associe pour permettre au sucre présent dans le sang d’alimenter la cellule en énergie.
@ Bref rappel
L’insuline est une hormone, substance chimique fabriquée par le pancréas un petit organe situé derrière l’estomac. Nous savions déjà que l’insuline permet au sucre, le glucose, qui circule dans le sang  de pénétrer à l’intérieur de la cellule pour l’alimenter. Chaque être humain est composé d’environ 10 000 milliards de cellules. Ce sont les briques de notre corps et pour fonctionner elles ont besoin de sucre fourni par l’alimentation. L’insuline est la clef qui permet au sucre de passer du sang dans la cellule. Seulement jusqu’ici on ne savait pas très bien comment cela fonctionnait. Chez un être humain non malade, certaines cellules du pancréas appelées « bêta », produisent l’insuline et  permettent de réguler le taux de sucre dans l'organisme. La destruction de ces cellules bêta du pancréas entraîne un diabète de type 1, alors que leur mauvais fonctionnement entraîne un diabète de type 2 - beaucoup plus fréquent notamment chez l’adulte.
Ces chercheurs ont réussi à découvrir le secret moléculaire qui unit cellule et insuline et qu’ils ont baptisé eux-mêmes « la poignée de main moléculaire ». Grâce à un accélérateur de particule de haute technologie, les chercheurs ont pu modéliser une molécule d’insuline et le récepteur de la cellule. Un récepteur situé à la surface de la cellule déplie un bras et capte un morceau de la molécule d’insuline.  Tout semble se passer  comme dans une poignée de main entre deux personnes. Ces chercheurs estiment que maintenant, avec cette nouvelle étape franchie dans la connaissance intime de l’action de l’insuline, de nouveaux traitements plus efficaces encore pourront se développer. Reste que cette découverte fondamentale ne peut être profitable immédiatement aux patients  et qu’il faudra encore bien des années avant de voir apparaître les premières applications pour le diabétique. Mais la voie vers une possible guérison du diabète est ouverte.
CS – 14 janvier 2013