Rechercher dans ce blog

Chargement...

Translate

mardi 18 décembre 2012

LES RELATIONS DIABETE-MAGNESIUM


Le magnésium joue un rôle crucial dans la prévention et la prise en compte du diabète


Plus de 55 millions de personnes en Europe souffrent du diabète, on attend pour 2030 une envolée de ce chiffre.[1]
Le diabète a des complications sérieuse et coûteuses.
Pour la seule année 2009, près de 84,7 milliards d' Euros ont été dépensés pour traiter le diabète en Europe.
Contrairement à de nombreuses maladies mortelles, le diabète peut se prévenir si vous changez à temps votre mode de vie et vos habitudes alimentaires.  

Comprendre le diabète

Un stŽthoscope de mŽdecin posŽ sur les titres consacrŽs au diabteLe diabète est une maladie chronique qui apparaît quand le pancréas ne produit pas assez d'insuline, ou quand le corps ne peut pas utiliser efficacement l'insuline produite. Cela conduit à des niveaux de glucose élevés dans le sang, et peut créer des dommages à long terme dans le corps, et des dysfonctionnements de plusieurs organes et tissus. Le diabète peut être de trois types :
-   Diabète de type 1 : Il apparaît quand les défenses du corps attaquent les cellules productrices d'insuline du pancréas. Le corps ne peut plus produire l'insuline dont il a besoin. Cet état est plus fréquent chez les enfants ou les jeunes adultes.
-   Diabète de type 2 : C'est le type de diabète prévalent, oùl'organisme produit de l'insuline mais soit de façon insuffisante, soit le corps ne réagit pas à ses effets, ce qui conduit à une accumulation de glucose dans le sang. L'obésité est un facteur de risque de développement du diabète de type 2. Les cas de diabète de type 2 ont augmenté au cours des dernières années en même temps que l'augmentation de l'obésité. Le diabète de type 2 peut se prévenir.
-   Diabète gestationnel : c'est un état diagnostiqué la première fois au cours de la grossesse. Il peut entraîner des complications durant la grossesse et un risque à vie de développer un diabète de type 2.

Le rôle du magnésium dans la prévention  du diabète

L'hypomagnésie (terme médical pour la carence en magnésium) est considérée comme un facteur à risque pour le diabète de type 2 [2]. Le magnésium joue un rôle critique dans le bon fonctionnement de plusieurs enzymes qui aident le corps à utiliser le glucose, ce qui en fait un facteur important du risque diabétique. En 1993, le Dr. Jerry Nadler (expert international et chef de la division endocrinologie et métabolisme à l'Université de Virginie à Charlottesville, USA) et ses collègues ont placé 16 personnes bien portantes sous des régimes carencés en magnésium pendant trois semaines. (international expert and division chief of endocrinology and metabolism at the University of Virginia, Charlottesville, US). Non seulement les cellules sont devenues déficientes en magnésium, mais l'insuline de chaque individu a perdu son efficacité dans le transport du sucre sanguin vers les cellules. [3]
Aux Etats-Unis, l'Etude sur la Santé des Infirmières et l'Etude Continue sur la Santé des Professionnels de la Santé ont suivi plus de 170.000 professionnels de la santé par des questionnaires soumis tous les deux ans. L'alimentation a d'abord été évaluée en 1980 pour le premier test et en 1986 pour le second. Les évaluations alimentaires ont été menées tous les 2 à 4 ans depuis. On relève aussi des informations sur l'utilisation de suppléments alimentaires, y compris les multi-vitamines. Faisant partie de cette population étudiée, plus de 127.000 participants (85.060 femmes et 42.872 hommes) sans antécédents de diabète, de maladie cardiovasculaire ou de cancer ont été suivis pour mesurer l'évolution de leurs risques de développer un diabète de type 2. Les femmes ont été suivies sur 18 ans, les hommes sur 12 ans
Plus récemment, le Dr Ka He et al ont étudié les apports en magnésium et les risques de diabète chez 4497 hommes et femmes de 18 à 30 ans, dont aucun n'avait été diagnostiqué comme diabétiques au lancement de l'étude. L'expérience a établi que, alors que l'apport de magnésium augmente, les niveaux de plusieurs marqueurs d'inflammation baissaient, tout comme la résistance aux effets de l'insuline, l'hormone clef de la régulation du sucre dans le sang. [5]
Ils ont découvert que plus une personne consommait de magnésium, moins elle avait de risque de présenter un syndrome métabolique, considéré comme un signe précurseur du diabète. Ceux qui ont le plus de magnésium dans leur alimentation ont environ 31% moins de risques de développer un syndrome métabolique par rapport aux participants ayant de faibles apports en magnésium dans leur régime alimentaire. Ils ont prouvé une fois de plus que les niveaux élevés de magnésium dans le sang étaient liés à un faible degré de résistance à l'insuline. [6]

Le rôle du magnésium dans la gestion du diabète

Aliments sainsSi vous avez du diabète, il est probable que vos cellules aient un déficit en magnésium. La recherche a montré que non seulement des niveaux bas en magnésium peuvent causer le diabète, mais que le diabète lui-même est une cause de la chute du niveau de magnésium dans l'organisme. L'insuline aide les reins à réabsorber le magnésium avant qu'il ne soit évacué dans l'urine. Si votre corps ne répond pas aux effets de l'insuline, vous n'utilisez peut-être pas le magnésium dont vous avez besoin. [7]
Cette carence en magnésium contribue par la suite à des complications métaboliques du diabète comme les maladies vasculaires et l'ostéoporose.[8]
Il est donc recommandé aux personnes diabétiques, sauf contre-indication comme pour celles qui souffrent de maladies rénales, de prendre une supplémentation en magnésium tous les jours. Voici quelques façons vérifiables dont une supplémentation en magnésium peut vous aider si vous tes diabétique :
ComprimŽs de magnŽsium - 180 comprimŽs
  1. 1.Une recherche en double-aveugle indique qu'une supplémentation avec du magnésium conduit à une meilleure production d'insuline chez les personnes âgées diabétiques. [9] Les personnes âgées non diabétiques peuvent également produire plus d'insuline gr‰ce aux compléments en magnésium.[10]
  2. 2.Le magnésium ne va pas beaucoup changer le taux de sucre dans le sang, mais il améliore la réaction à l'insuline, ce qui réduit les risques d'attaque cardiaque ou cérébrale chez les personnes diabétiques.
  3. 3.Le magnésium peut réduire les caillots sanguins. Les personnes diabétiques sont sujettes à une coagulation excessive du sang, un facteur de risque pour une accumulation dangereuse de plaquettes et les blocages des artères. Le Dr Nadler a découvert que les personnes atteintes d'un diabète de type 2, en plus d'être carencées en magnésium, ont également deux fois plus de facteur coagulant du sang (thromboxane) que les sujets non-diabétiques. Une supplémentation en magnésium peut aider à réduire les maladies vasculaires chez les patients diabétiques en réduisant leurs niveaux de thromboxane.[3]
  4. 4.Le magnésium aide également les personnes diabétiques à traiter la pression artérielle élevée. La capacité du magnésium à aider au contrôle de la pression artérielle est particulièrement importante pour les personnes diabétiques. Le Dr Lawrence Resnick, professeur de médecine et directeur de l'hypertension à l'école de médecine de l'Université d'Etat Wayne, à Detroit, et ses collègues, ont mesuré les niveaux de magnésium chez les patients souffrant de diabète non insulino-dépendant et chez les personnes non diabétiques. Il a découvert que ces personnes diabétiques qui présentaient un niveau de magnésium significativement moindre avaient également une tension artérielle plus élevée que les personnes non-diabétiques. Il a aussi trouvé que les sujets présentant une tension élevée, qu'ils soient diabétiques ou non, avaient des taux de magnésium plus faibles que les gens avec une tension normale. [11]
  5. 5.La supplémentation en magnésium diminue également les dommages oculaires causés par le diabète. La recherche a montré que de tels dommages sont plus susceptible de se produire chez les patients présentant un déficit en magnésium.  [12]
  6. 6.Les femmes enceintes insulino-dépendantes présentant des carences en magnésium sont confrontées à des taux plus élevés de fausses couches et de malformations congénitales. [13]
  7. 7.Les besoins en insuline chez les patients insulino-dépendants sont plus faibles chez ceux qui sont supplémentés en magnésium. Dans une étude sur les patients diabétiques de type 1, la supplémentation par voie orale avec de l'hydroxyde de magnésium dosé à 250 mg deux fois par jour a fait apparaître des niveaux accrus de magnésium dans le muscle squelettique[14]. Cette observation était associée avec une baisse des besoins en insuline chez les patients diabétiques.

Comment consommer plus de magnésium

Augmenter l'apport en consommant des céréales entières, des légumes tous les jours permettra d'obtenir les doses recommandées en magnésium et de stocker des niveaux suffisants de ce minŽral. Cliquez ici pour en savoir plus. Cependant, augmenter l'apport de magnésium n'est peut-être pas suffisant pour ramener de faibles taux de magnésium à la normale.
Dans de telles situations, les personnes diabétiques peuvent prendre des supplŽments en magnésium par voie orale comme Magnésium Suprême ou gel  Magnesium Rub. La quantité de magnésium élémentaire dans un composé et sa bio-disponibilité (quantité de magnésium dans les suppléments qui est absorbée par les intestins et finalement disponibles pour l'activité biologique de vos cellules et tissus) influence directement l'efficacité du supplément de magnésium. La bio-disponibilité participe de la capacité d'un supplément en magnésium à rehausser les niveaux de magnésium insuffisants. Magnésium Suprême propose du magnésium sous forme de citrate de magnésium, qui offre une haute bio-disponibilité de magnésium, ce qui permet à votre organisme de remonter aisément ses niveaux de magnésium. Magnesium Rub and Magnesium Gel présentent du magnésium sous forme de chlorure de magnésium, qui offre une bio-disponibilité élevée en étant absorbé de façon transdermique (à travers la peau).
Références  :
  1. 1. DIABETES: Europe’s silent threat https://www.idf.org/sites/default/files/idf-europe/One%20Pager%20Europe%20before%20November%202011.pdf
    2. Magnesium Intake and Risk of Type 2 Diabetes in Men and Women, Ruy Lopez-Ridaura, MD1, Walter C. Willett, MD123, Eric B. Rimm, SCD123, Simin Liu, MD34, Meir J. Stampfer, MD123, JoAnn E. Manson, MD234 and Frank B. Hu, MD123http://care.diabetesjournals.org/content/27/1/134.full#ref-6
    3. Nadler JL, Buchanan T, Natarajan R, Antonipillai I, Bergman R, Rude R: Magnesium deficiency produces insulin resistance and increased thromboxane synthesis. Hypertension 21:1024–1029, 1993
    4. Lopez-Ridaura R, Willett WC, Rimm EB, Liu S, Stampfer MJ, Manson JE, Hu FB. Magnesium intake and risk of type 2 diabetes in men and women. Diabetes Care 2004;27:134-40.
    5. Magnesium Intake in Relation to Systemic Inflammation, Insulin Resistance, and the Incidence of Diabetes, Dae Jung Kim, MD1,2,3, Pengcheng Xun, MD, PhD1,2, Kiang Liu, PhD 4, Catherine Loria, PhD5, Kuninobu Yokota, MD, PhD6, David R. Jacobs Jr, PhD7,8 and Ka He, MD, ScD (kahe@unc.edu)1,2. http://care.diabetesjournals.org/content/27/1/134.full#ref-6
    6. Magnesium intake and incidence of metabolic syndrome among young adults, by K. He and colleagues. Circ 113:1675-1682, 2006.
    7. Phuong-Chi et al, Hypomagnesemia in Patients with Type 2 Diabetes, http://cjasn.asnjournals.org/content/2/2/366
    8. Magnesium transport induced ex vivo by a pharmacological dose of insulin is impaired in non-insulin-dependent diabetes mellitus. Hua, H : Gonzales, J : Rude, R K Magnes-Res. 1995 Dec; 8(4): 359-66
    9. Paolisso, G., Scheen, A. and Cozzolino, D., J. Clin. Endocrinol. Metab., 1994, 78, 1510–1514.
    10. Paolisso, G., Sgambato, S. and Gambardella, A., Am. J. Clin. Nutr., 1992, 55, 1161–1167.
    11. The Benefits of Magnesium - The Diabetes Connection: http://www.diabeteslibrary.org/View.aspx?url=Magnesium_Diabetes_Connection
    12. McNair, P., Christiansen, C., Madsbad, S., Lauritzen, F., Faber, O., Binder, C. and Transbol, I., Diabetes, 1978, 27, 1075–1077.
    13. Mimouni, F., Miodovnik, M. and Tsang, R. C., Obstet. Gynecol., 1987, 70, 85–89.
    14. Sjorgren, A., Floren, C. H. and Nilsson, A., Magnesium, 1988, 121, 16–20