Rechercher dans ce blog

Chargement...

Translate

samedi 15 décembre 2012

DIABÈTE: 3 à 4 tasses par jour suffisent à prévenir le risque


Une consommation modérée de café peut réduire de 25% le risque de diabète de type 2 selon ce rapport publié par l’Institute for Scientific Information on Coffee (ISIC), un organisme sans but lucratif dévolu à la « science » du café et à ses bienfaits pour la santé. Ces résultats, présentés au congress mondial 2012 WCPD (Prevention of Diabetes and Its Complications) ajoutent ainsi aux bénéfices du café pour la santé, sous condition d’une consommation modérée et…sans fumer.
Le café antidépresseur, le café en prévention des cancers de la peaude l’utérusdu côlonde l’AVC comme de l’insuffisance cardiaque, le café bon pour la mémoirela longévité et même le tonus musculaire,  le café pourrait donc aussi protéger contre les troubles métaboliques ? C’est ce que ce ces auteurs confirment tout en rappelant que d’autres études récentes ont systématiquement lié consommation régulière et modérée de café avec un risque réduit de développer un diabète de type 2. 
3 à 4 tasses de café par jour suffiraient à prévenir le diabète de type 2, selon ce rapport qui présente les preuves épidémiologiques associant consommation de café et prévention du diabète et montre un effet dose dépendant inverse, chaque tasse de café supplémentaire réduisant le risque relatif (RR) de diabète de type 2 de 7 à 8%.
Néanmoins si l’association est démontrée, la relation de causalité restait à démontrer par des essais cliniques. Cependant, parmi les données, celles d’une étude prospective randomisée contrôlée qui a mesuré les niveaux de glucose et d’insuline après un test de tolérance au glucose par voie orale avec soit 12 g de café décaféiné, 1g acide chlorogénique (un acide organique présent dans le café) et 500 mg de trigonelline (qui donne sa saveur au café), soit un placebo. L’étude démontre bien que l'acide chlorogénique et la trigonelline réduisent la glycémie et la sécrétion d'insuline en réponse au glucose et contribuent à l'effet bénéfique du café.
Une association contre nature ? L'association entre consommation de café et réduction du risque de diabète de type 2 pourrait être perçue comme surprenante car boire régulièrement du café est souvent lié à des facteurs de modes de vie moins sains, comme le tabagisme et le manque d'activité physique. Le rapport explique donc les mécanismes qui sous-tendent la relation possible entre la consommation de café et ce risque réduit de diabète.
·         L'hypothèse de la dépense énergétique par exemple, qui suggère que la caféine du café stimule le métabolisme et augmente la dépense énergétique,
·         ou encore l'hypothèse métabolique des glucides qui suggère que les composants du café jouent un rôle clé en influençant l'équilibre du glucose dans le corps.
·         Enfin, les théories qui suggèrent le café contient des composants qui peuvent améliorer la sensibilité à l'insuline grâce à des mécanismes tels que la modulation des voies inflammatoires, la médiation du stress oxydatif des cellules, des effets hormonaux ou en réduisant les réserves en fer.

Les auteurs commentent: «Une association dose-dépendante inverse entre consommation de café et la mortalité totale a été démontrée en population générale et persiste chez les diabétiques. Bien que des recherches sur l'effet du café sur la santé soient encore nécessaires, les données actuelles suggèrent que le café n'est pas aussi mauvais qu’on avait pu l’imaginer ».
Source: Institute for Scientific Information on Coffee (ISIC), Moderate coffee consumption may reduce risk of diabetes by up to 25 per cent