Rechercher dans ce blog

Chargement...

Translate

vendredi 28 septembre 2012

JUNK FOOD – Après le diabète et l’obésité, la malbouffe en cause dans la maladie d’Alzheimer




On ne compte plus les bonnes raisons de faire une croix sur les sodas, hamburgers et autres ingrédients de la malbouffe moderne. Au-delà des proportions inquiétantes que prend l'obésité en Occident et dans les pays en développement – près de la moitié des Américains seront obèses d'ici 2030, avec les risques sanitaires que ceci représente –, l'excès de gras, de sucre et de sel est depuis peu mis en cause dans le développement de la maladie d'Alzheimer, de plus en plus considérée comme une forme de diabète.
C'est du moins ce que rapporte un article du blog Opinionator, hébergé par le New York Times et, ironie du sort, publié juste en dessous d'une publicité pour McDonalds, symbole de ce que l'auteur appelle le "standard American diet", ou SAD (triste en anglais). Ainsi, on connaissait déjà le diabète 1 : inné, il résulte de la destruction de l'insuline par le système immunitaire, et représente environ provoqué par des facteurs environnementaux, et en premier lieu le régime alimentaire. Désormais, de plus en plus de scientifiques parlent aussi de diabète de type 3, pour désigner la maladie d'Alzheimer.
Explication (simplifiée) de l'auteur : en temps normal, l'insuline encourage les cellules à absorber le sucre dans le sang. Mais quand, au bout de la cinquième barre chocolatée, les cellules sont submergées de glucose, elles développent une forme de résistance aux appels de l'insuline. Qui, de ce fait, "insiste" : son taux s'accroît, ce qui n'est guère sain pour nos vaisseaux sanguins, poursuit l'article. Or, quand ceci se produit dans le cerveau, "on commence à perdre la mémoire et à être désorienté. On perd même des aspects de notre personnalité. En bref, on développe Alzheimer."
Citant d'autres études, l'auteur souligne aussi que les personnes qui ont du diabète sont deux fois plus enclines à développer la maladie neurodégénérative incurable – qui touche aujourd'hui  5,4 millions d'Américains. Les traitements contre cette maladie, et d'autres "démences", auront coûté 200 milliards de dollars aux Etats-Unis cette année.  Bref, "arrêter le soda, les donuts, la charcuterie et les frites pourrait vous permettre de garder votre esprit intact jusqu'à ce que votre corps vous lâche", recommande l'auteur.