vendredi 10 août 2012

Stratégie : Le diabète chinois fait saliver les français

Par  - Publié le  | L'Usine Nouvelle n°3294

  Avec 25 % de croissance annuelle, le diabète en Chine est un marché où les Français ont une carte à jouer. Enquête sur les tribulations de ces industriels qui tentent d'y implanter leurs technologies
Dans les rues de Shanghai et de Pékin, les fast-foods criards se fondent désormais dans le paysage. Changements alimentaires, allongement de l'espérance de vie, sédentarisation... Les Chinois se sont brutalement rapprochés du mode de vie occidental. Et de nos maux. Car dans ce pays au taux d'urbanisation en hausse, où près de 10% de la population est âgée de plus de 65 ans, où 100 millions de personnes sont obèses ou en surpoids, le diabète explose. Avec une croissance annuelle de 25% depuis cinq ans, il touche désormais près d'un Chinois sur dix. Un taux quasi identique à celui des États-Unis... Traditionnellement portés aux nues, les bienfaits des plantes ne suffisent pas à enrayer une telle épidémie. Dans son programme national contre le diabète lancé en 2004, le gouvernement chinois a donc dû se résoudre à recourir à des médicaments occidentaux brevetés, comme les insulines récentes ou les analogues du GLP-1. Du pain bénit pour les big pharmas, qui se partagent à trois - Novo Nordisk, Sanofi et Lilly - 90 % du marché chinois de l'insuline et y multiplient investissements et partenariats public-privé. « Cette intervention thérapeutique est aujourd'hui trop centrée sur l'insuline. On gère encore l'urgence », regrette pourtant Jean-François Mouney, le patron de la biotech française Genfit. Selon lui, et selon de nombreux acteurs de l'Hexagone intervenant dans le secteur du diabète, il y a de la place en Chine pour des technologies complémentaires : imagerie médicale, biotechnologie, dispositifs médicaux, services d'ingénierie... Et même si investir le marché chinois est une véritable aventure, ceux qui se lancent ne le regrettent pas. Portrait de ces Français engagés à faire reculer le diabète en Chine.   CRÉER SA PROPRE INFRASTRUCTURE SUR PLACE La Chine, il s'y rendait jusqu'alors pour rencontrer les fabricants des composants électroniques de ses produits servant au transport des médicaments fragiles. Mais Uwe Diegel, le dynamique patron de la start-up française MedActiv, lui-même diabétique, compte désormais s'adresser aux patients de l'empire du Milieu. Même si cela signifie diminuer le prix de ses trousses EasyBag, qui maintiennent l'insuline au frais pendant une semaine, juste avec l'eau froide du robinet. « D'ici à deux ans, nous serons en Chine et en Inde, les deux grands marchés du diabète, [...]

http://www.usinenouvelle.com/article/strategie-le-diabete-chinois-fait-saliver-les-francais.N178594