Rechercher dans ce blog

Chargement...

Translate

jeudi 8 mars 2012

Pourquoi l’inactivité favorise les maladies du cœur et le diabète ?


Une nouvelle étude menée par des chercheurs américains montre l’impact négatif de la sédentarité sur la santé. L’enquête menée auprès de plusieurs sujets révèle que le taux de sucre augmente drastiquement dans le sang si l’activité physique est insuffisante.
Le fait de ne pas bouger suffisamment favorise les maladies du cœur et le diabète de type 2. C’est la conclusion à laquelle sont parvenus des chercheurs de l’université du Missouri. Ces derniers voulaient savoir pourquoi les personnes sédentaires étaient plus en proie aux maladies du cœur et au diabète de type 2. Pour y parvenir, ils devaient trouver un moyen pour analyser de façon isolée l’impact de la sédentarité sur la santé.
La solution qu’ils ont trouvée consistait à demander à des jeunes adultes en bonne santé de réduire considérablement leur activité physique quotidienne. Concrètement, ces personnes devaient diminuer le nombre de pas effectués par jour, en le divisant par deux. Alors qu’ils faisaient environ 13.000 pas tous les jours, il leur était demandé de n’en faire qu’à peu près 5.000 quotidiennement. Les chercheurs ont ainsi comparé le taux de sucre dans le sang dans les conditions normales de vie à celui des conditions du test. Les résultats de cette étude publiée dans la revue Medicine and Science in Sports and Exercise sont surprenants.
Les chercheurs ont découvert que le taux de sucre explosait dans le sang lorsque les sujets du test marchaient deux fois moins qu’habituellement, et cela alors qu’ils n’avaient pas modifié leur alimentation. Plus précisément, la quantité de sucre augmentait d’environ 26% après les repas, par rapport aux mesures effectuées pendant les conditions normales de vie. Les chercheurs sont formels : cette hausse drastique du taux de sucre est due au manque d’activité. Ainsi, ce test révèle que le déficit d’activité physique créé les conditions physiologiques favorables aux maladies du cœur et au diabète de type 2.