Rechercher dans ce blog

Chargement...

Translate

lundi 27 février 2012

Une découverte importante dans le traitement du diabète de type 2


Le 24 février 2012 – Une étude publiée début février révèle une avancée importante dans le traitement du diabète de type 2 une recherche menée par le Dr Poitout du Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM) et son équipe.
Le diabète de type 2 est liée à une hyperglycémie, c'est-à-dire une quantité trop élevée de sucre dans le sang, qui provient dans 90% des cas, d’une obésité. Il est dépisté toutes les 10 secondes dans le monde.





Une molécule clé dans le traitement de l’insuline


Les chercheurs ont travaillé sur une molécule clé dans le traitement de l’insuline, puisqu’elle permet d’éliminer l’excédent de sucre dans le sang, l’empêchant ainsi de devenir toxique pour l’organisme.
Après un repas, les taux de glucose et d’acides gras augmentent. L’organisme réagit en induisant la sécrétion d’insuline, une hormone peptidique permettant de diminuer le taux de glucose dans le sang.
Ce phénomène contribue à maintenir un bon équilibre entre la prise alimentaire de nutriments et la production d’insuline. Mais c’est précisément cet équilibre qui est perturbé chez les personnes atteintes de diabète de type 2 où la sécrétion d’insuline est déficiente.

Actuellement, de nombreux médicaments antidiabétiques font l’objet d’essais cliniques, mais le fonctionnement de cette molécule agissant sur l’insuline reste encore mal compris.
« Notre recherche contribue à une meilleure compréhension de la façon dont ces nouveaux médicaments fonctionnent, explique le Dr Poitout. Notre but ultime et de permettre aux personnes atteintes par cette maladie de mener une vie en santé et dénuée des complications associées au diabète de type 2 ».   

Le diabète : un problème de taille


Jusqu’à récemment, le diabète de type 2 apparaissait avec l’âge, mais touche de plus en plus les jeunes en raison de l’augmentation de l’obésité chez les enfants et les adolescents.
Cette forme de diabète est favorisée par une mauvaise hygiène de vie (nourriture riche en gras et en glucides, sédentarité, etc.). Le diabète de type 2 peut parfois être maîtrisé en adoptant un mode de vie plus sain et avec des mesures diététiques, mais la prise quotidienne de médicaments est souvent requise.
L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime que d’ici 2030, plus de 550 millions de personnes seront touchées par cette maladie.

Source : Communiqué du CRCHUM – PasseportSanté.net