Rechercher dans ce blog

Chargement...

Translate

mardi 14 février 2012

DIABÈTE DE TYPE 1: VIVRE SANS LES COMPLICATIONS

Une étude a porté sur des personnes qui vivent avec un diabète de type 1depuis plus de cinquante ans. Des leçons étonnantes peuvent en être tirées…

Diabète et complications


C'est plus précisément sur les complications du diabète que s'est penchée cette étude américaine (1). Celles-ci sont liées à l'excès de sucre dans le sang ou hyperglycémie, conséquence du diabète, qui endommage les vaisseaux sanguins. Ils ne peuvent alors plus faire correctement leur travail: approvisionner tous les organes en oxygène et en éléments nutritifs. Les complications sont nombreuses.
Dans le cadre de l'étude, les chercheurs se sont concentrés sur les plus graves:
  • Maladies cardiovasculaires,
  • Troubles oculaires – de la rétine surtout – qui peuvent entraîner une cécité,
  • Atteintes des nerfs qui déclenchent des sensations anormales ou douloureuses,
  • Détérioration des reins qui aboutit à une insuffisance rénale.
Notons que ces complications du diabète existent pour le type 1 et pour letype 2; cependant, le type 1 étant en général diagnostiqué plus tôt, il est plus fréquent de vivre avec la maladie pendant de nombreuses décennies.

Diabète de type 1 sans complications



Comme les complications du diabète s'installent avec le temps, il paraît logique que ceux qui sont atteints de cette maladie depuis leur enfance soient très touchés. Et pourtant! Parmi 351 personnes souffrant de diabète de type 1 depuis plus de cinquante ans, un grand nombre d'entre elles vivent sans complications:
  • 86,9% n'ont pas de maladies des reins,
  • 51,5% n'ont pas de maladies cardiovasculaires,
  • 42,6% n'ont pas de troubles oculaires,
  • 39,4% n'ont pas d'affections des nerfs.

Diabète : quels sont les mécanismes de protection contre les complications



Comment expliquer cette absence de complications chez certains diabétiques? Là aussi, une surprise attendait les chercheurs: l'absence decomplications du diabète ne semble pas être liée directement à un bon contrôle de la glycémie au cours des années.
L'importance de maintenir son taux de sucre à un niveau correct n'est cependant pas remise en cause. Son efficacité a été prouvée à de nombreuses reprises chez les diabétiques qui vivent depuis moins longtemps avec la maladie.
Les chercheurs pensent plutôt que les "vétérans" du diabète de type 1 ont développé des mécanismes qui les protègent contre les complications de la maladie. Le rôle de protéines appelées produits terminaux de la glycation (PTG) attire particulièrement l'attention. Elles se développent suite à l'hyperglycémie et s'accumulent ensuite dans l'organisme. D'une manière générale, ces protéines augmentent la probabilité de développer des complications du diabète. Mais chez ces patients particuliers, certains PTG paraissent avoir plutôt un rôle protecteur. De nouvelles études sont déjà en cours pour expliquer ce paradoxe.

Quelles leçons tirer de cette étude?



A l'heure actuelle, cette étude est surtout intéressante pour les spécialistes. Une application aux patients est encore loin. Cependant, pour les personnes atteintes de diabète de type 1, deux éléments de cette étude sont à retenir:
  • En moyenne, la glycémie des personnes présentant peu de complications était sous contrôle: ils sont bien conscients de l'importance de contrôler son taux de sucre.
  • La majorité d'entre elles font du sport régulièrement, 45 minutes ou plus trois fois par semaine.